spot_img

Burkina : un décret fixe le SMIG des travailleurs à 45 000 FCFA le mois

Publié le : 

Publié le : 

Le chef de l’État, le capitaine Ibrahim Traoré a signé un décret portant fixation des salaires minima interprofessionnels garantis (SMIG) des travailleurs au Burkina Faso. 

Par Nicolas Bazié 

Le SIMG au Burkina Faso est de 45.000 FCFA le mois. Le capitaine Ibrahim Traoré en a décidé ainsi dans un décret qu’il a signé le 20 novembre 2023.

En 2006, le décret 2010-809 du 31 décembre 2006 avait fixé les salaires des travailleurs à 30 684 FCFA. En 2021, les syndicats vont faire une revendication à l’endroit du gouvernement d’alors, l’invitant à voir comment rehausser le SMIG.

Une rencontre avait eu lieu à cet effet, du 19 au 23 juillet 2021 où le gouvernement avait pris l’engagement de convoquer la commission nationale pour qu’elle statue sur l’augmentation du salaire minimum.

En juillet 2023, les syndicats et le conseil national du patronat burkinabè se sont rencontrés, pour étudier la possibilité de faire passer le salaire minimum à 45 000 FCFA.

En conseil des ministres du 29 juillet 2023, le ministre d’État, ministre de la Fonction publique Bassolma Bazié indiquait qu’une lettre circulaire avait été prise et qui devrait être suivie par les contrôleurs et inspecteurs du travail par rapport à la mise en œuvre du texte dans la Fonction publique.

Il avait été aussi décidé qu’une commission se réunira tous les 2 ans, pour analyser les paramètres économiques du pays et procéder à des réajustements en fonction du coût de la vie.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...
spot_img

Autres articles

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...