Home A la une Cohésion sociale: la coalition Jam pour la paix prône le vivre-ensemble et...

Cohésion sociale: la coalition Jam pour la paix prône le vivre-ensemble et le dialogue à Dédougou (Boucle du Mouhoun)

Cohésion sociale et dialogue au Burkina
Le président de la coalition Jam, Cheich Moussa Cissé en blanc

La salle polyvalente de Dédougou, province du Mouhoun a abrité le samedi 9 janvier 2021, un forum sur la paix et la cohésion sociale, à l’initiative de la coalition “Jam”. La tenue de ce forum répond à un besoin de consolider le vivre-ensemble au Burkina, selon El Hadj Moussa Cissé, président de la coalition. Il s’est tenu sous le thème : « rôles et responsabilités des leaders d’opinion dans la quête de la paix et de la cohésion sociale. Ce forum a réuni des autorités administratives, coutumières, religieuses et des représentants des groupes d’autodéfense.

 

Par Etienne Sanon,de retour de Dédougou

Après les étapes de Djibo, de Fada N’Gourma et de Ouahigouya, c’était au tour de Dédougou chef-lieu de la province du Mouhoun d’accueillir la caravane de la coalition “Jam” pour la paix et la cohésion sociale. Une tournée motivée par le désire de consolider le vivre ensemble. L’arrivée de la caravane à Dédougou est la preuve de son attachement à la préservation de ce vivre ensemble, selon Badiel Balili, Haut-Commissaire de la province du Mouhoun représentant le Gouverneur de la Boucle du Mouhoun.

Le forum a été ponctué par des communications et des travaux en plénière avec les participants. Au terme de ces travaux, les participants ont invité les burkinabé à toujours privilégier le dialogue dans le traitement de leurs différends. Se pardonner et aller à la réconciliation, en faisant la promotion de la tolérance, le pardon, l’amour et la solidarité. Ils ont par ailleurs dénoncé la stigmatisation, le complexe de supériorité et le repli identitaire.

Les participants à ce forum ont également exhorté les burkinabè qui ont pris les armes contre leur propre pays à les déposer et respecter la sacralité de la vie humaine. Il faudra en plus œuvrer au contrôle rigoureux de l’acquisition et de la circulation des armes à feu et des munitions

Il serait opportun pour les autorités, de créer des cadres de concertation dans toutes les localités du pays et les doter en moyens de fonctionnement ajoutent les groupes de réflexion à ce forum.

Aux acteurs politiques, l’union et l’intérêt supérieur de la nation doivent être leur leitmotiv, soutiennent les participants tout en condamnant la manipulation des populations à des fins politiques.

Ahmadou Ambroise Diarra, membre de la coalition « Jam » dit être satisfait des échanges lors de cette forum initié par la caravane, au regard de la qualité et de la quantité des interventions des participants.

Selon le chef coutumier, le Massa de Dédougou, cette initiative vient à point nommé au regard de la situation sécuritaire que traverse le Burkina. Ce forum est une aubaine pour aller vers le dialogue afin de remédier à cette situation sécuritaire ajoute-t-il. L’une des causes qui met en branle la paix et la cohésion sociale au Burkina, est le manque de dialogue, confesse le Massa de Dédougou.

Le dialogue est un impératif indique Clarisse Seni, une participante au forum. Elle invite de ce fait le gouvernement à aller à la table des discussions avec les acteurs de la société civile, politique, leaders d’opinion et toutes les personnes ressources. Rien n’est possible sans la paix, renchéri Kobé Korotimi, représentant la coordonnatrice provinciale des femmes du Sourou à ce forum. Selon Adama Tamboura, ce forum était très attendu dans le souci d’échanger pour trouver des solutions au retour de la paix au Faso.

Cohésion Sociale, Dialogue JAM

Selon l’Emir de Djibo « Pour mettre fin aux violences qui mettent en mal la cohésion sociale, la voie des armes n’est pas la solution, il faut un dialogue ».La plupart des conflits naissent des incompréhensions, ainsi l’écoute des partenaires est primordiale explique El Hadj Sina Séré, chef de canton de Safané, une commune rurale située dans la boucle du Mouhoun.

Les communicateurs du forum, l’Abbé Emile Simboro affirme que l’intolérance religieuse constitue de nos jours, l’un des obstacles à la paix et la cohésion sociale. Ainsi l’autre conférencier, l’Imam Djoni Tahouta dans sa communication invite l’ensemble des Burkinabè à la connaissance de soi, des valeurs culturelles et religieuses et à la tolérance religieuse.

Le forum a connu la participation des leaders religieux qui ont fait des prêches et bénédictions pour le retour d’une paix et une cohésion sociale définitive au Burkina. L’étape de Dédougou a connu une forte participation des chefs coutumiers de la boucle du Mouhoun regroupé autour du Massaton. La quasi totalité des Emirs de la région du Sahel(celui de Djibo, Tongomayel, étaient également présent au forum de la coalition “Jam” à Dédougou.

Au lendemain de cette activité, les associations membres de la coalition se sont rendues à Nouna dans la province de la Kossi à une cinquantaine de kilomètre de Dédougou pour remettre des vivres à des déplacés internes. C’est la ville de Kaya, chef lieu de la région du Centre nord qui accueille la prochaine étape de la caravane le 16 janvier.

www.libreinfo.net