spot_img

Covid-19 au Sénégal : l’explosion des cas en réanimation impose une révision de stratégie

Publié le : 

Publié le : 

Le Sénégal enregistre de plus en plus des cas graves nécessitant une réanimation. Et ce, depuis le mois de juin. Face à cette situation, les autorités sanitaires ont opté de ne tester désormais que les cas présentant des signes sérieux.

Par la Rédaction

Au cours d’un point de presse animé le 1 juillet, les autorités sanitaires du Sénégal ont annoncé 35 cas graves qui sont actuellement en réanimation. Ce chiffre est passé à 36 ce jeudi 2 juillet. Cette augmentation de cas graves a entrainé, selon le Dr Abdoulaye Bousso, une hausse du nombre de décès : « Les cas graves ont augmenté et les nombres de décès aussi. Durant le mois de juin, les décès liés au coronavirus ont drastiquement augmenté ».

Face à cette situation, les autorités sanitaires sénégalaises ont apporté des changements considérables dans le processus de dépistage des personnes infectées. En effet, le Directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS) du Ministère de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Bousso, a annoncé l’arrêt des tests systématiques effectués jusqu’alors sur les personnes contacts qui ne présentaient pas de symptômes de la pandémie. Seules les personnes présentant des signes de contamination seront désormais testées.

Selon M. Bousso, « Il faut que les populations comprennent que la stratégie a changé et qu’on ne soit pas là à demander des tests ». Précision à l’appui, « Désormais, les tests se feront sur les personnes symptomatiques et les personnes vulnérables. Cela ne veut pas dire que les personnes contacts ne seront pas suivies. Elles seront répertoriées et suivies ».

Et à en croire le Pr Seydi, les personnes asymptomatiques ne projettent pas le virus sur une longue distance tant qu’elles ne toussent pas et n’éternuent pas. Et ce, même si elles peuvent avoir une charge virale très élevée durant 14 jours.  Toujours selon lui, les personnes asymptomatiques peuvent néanmoins transmettre la maladie, surtout aux personnes qui n’ont pas une bonne hygiène des mains, c’est-à-dire que ne se lavent pas les mains quand il le faut et peut-être secondairement à ceux qui ne respectent pas la distanciation et/ou le port de masque.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : vaccination contre la rougeole en 2024, plus de 3 millions d’enfants concernés

Le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Jean Claude Kargougou a fait au Conseil des ministres, une communication relative à l’organisation d’une...

Burkina Faso : fin de l’épidémie de la dengue selon le ministre de la Santé

Le ministre de la Santé, Robert Kargougou a annoncé le mercredi 7 février 2024, à l’issue du conseil des ministres, la fin de l’épidémie...

Burkina : lutte contre le paludisme, le vaccin  RTS, S sera déployé à partir du 5 févier 2024

Le nouveau vaccin contre le paludisme RTS, S, sera lancé le 5 février 2024. Il concernera 218 000 enfants de 5 mois dans 27...

Université de Ouahigouya : Georges Ouédraogo soutient avec brio sa Thèse de doctorat en médecine

Le mercredi 24 janvier 2024, l’impétrant Téwendé Georges Ouédraogo étudiant à l’UFR sciences de la santé de l’université de Ouahigouya et ancien correspondant de...

Burkina : la Clinique Princesse Sarah du Groupe EBOMAF ouvre ses portes à Ouagadougou

Le ministre burkinabè de la Santé, Dr Robert Kargougou a procédé ce jeudi 4 janvier 2024 à l'inauguration de la nouvelle Clinique Princesse...
spot_img

Autres articles

Énergie/AES : construction de centrale nucléaire, «cela y va de la survie de nos économies », Souleymane Kéré

L'atelier de concertation des sociétés d'électricité des pays membres de l'Alliance des États du Sahel (AES) a pris fin ce 22 février 2024, à...

Gestion migratoire au Burkina : L’Assemblée législative de Transition adopte un projet de loi

Les membres de l'Assemblée législative de Transition ont voté à l'unanimité le projet de loi à Ouagadougou, ce jeudi 22 février 2024. Ce projet...

Burkina : 20 ans d’existence de Compassion International, « 182, 16 milliards de F CFA investis pour les enfants », Issaka Kiemtoré

«L’ONG Compassion International Burkina Faso» a organisé ce jeudi 22 février 2024 à Ouagadougou, une cérémonie officielle pour rendre gloire au Seigneur et reconnaissance...

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...