Accueil Santé Coronavirus : des mesures salutaires, mais après coup

Coronavirus : des mesures salutaires, mais après coup

Le 9 mars dernier, l’annonce de cas de personnes atteintes par la pandémie du coronavirus (Covid-19) au Burkina Faso a été faite. Depuis lors, la maladie ne cesse de progresser pour atteindre en l’espace de douze jours, soixante-quatre personnes avec malheureusement trois cas de décès. C’est ensuite, que des mesures intéressantes ont été prises par le président du Faso.

Par Siébou Kansié

Qu’est-ce qui n’a pas marché pour que la maladie continue à se propager aussi rapidement ? Certainement parce qu’ont manqué, des mesures fortes de la part du gouvernement qui semblait négliger le mal.  Du reste, lorsque les premiers cas confirmés ont été révélés, le gouvernement a tardé à prendre des mesures qui pourraient permettre de circonscrire le mal, notamment le confinement des autres personnes ayant eu contact avec ces cas.

Aussi, en dehors des mesures préventives contre la maladie, la mesure forte au niveau interne qui a été appréciée est celle de la fermeture des écoles et universités. Pendant ce temps, le pays continuait d’être en liaison aérienne avec les pays frappés par le virus. Les raisons économiques ont été évoquées pour laisser les frontières terrestres et aériennes ouvertes comme si de rien n’était. L’impression est donnée comme si le gouvernement n’avait pas la conscience très claire que le mal était imminent.

Il a fallu attendre qu’il y ait un cas de décès, une quarantaine de personnes touchées dont quatre membres du gouvernement pour que le président du Faso puisse comprendre qu’il y a péril en la demeure, et finalement prendre des mesures qui auraient dues être prises pendant bien longtemps.

Si très tôt, ces mesures fortes comme la fermeture des aéroports du pays et celle des frontières terrestres et ferroviaires ajoutées à l’interdiction de tout regroupement de plus de 50 personnes, et surtout les mesures de restrictions concernant les débits de boissons, les salles de cinéma, de jeux et de spectacles, les marchés et yaars, les restaurants, avaient été prises, peut-être que le mal aurait pu être circonscrit.

Néanmoins, l’on espère toujours que ces mesures drastiques permettront de stopper la progression de la maladie et son éradication dans le pays. Et là, encore faut-il que le personnel soignant qui enregistre déjà quatre cas de contamination, ait toute la protection et les moyens nécessaires pour diagnostiquer et mieux prendre en charge les malades sans être exposé.

Dans ce sens, il serait judicieux de doter les CHU, CMA et les centres de santé et de promotion sociale des systèmes de lave-mains ou de solution hydro alcoolisée à l’image de certaines compagnies de transport qui ont déjà pris des mesures salutaires de protection de leur personnel et de leurs clients.

www.libreinfo.net