spot_img

Covid-19: décès de Marvin Sawadogo,le témoignage effroyable de ces derniers moments à l’hôpital

Publié le : 

Publié le : 

La mort de Marvin Sawadogo avait choqué plus d’un,comme la perte d’ailleurs de quelqu’un de toujours proche.Plusieurs jours après son décès(lundi 30 mars 2020) suite au Covid-19 au CHU de Tengandogo,l’on sait un peu plus dans quelles conditions il a passé ses derniers moments avec sa famille avant son dernier souffle. Difficile à imaginer,selon un témoignage de sa fille relaté par Ouézin Louis Oulon et publié dans le dernier numéro du bimensuel L’Événement. Libreinfo.net reprend pour vous l’article.

 

Les derniers moments de Marvin

Marvin, l’artiste comme je l’appelais affectueusement, un artiste talentueux que le monde de l’audio-visuel, de la scène et du spectacle pleure aujourd’hui, nous a quitté dans des conditions très douloureuses et troublantes du Covid 19. Amadou était véridique et je me fais l’obligation de retracer les derniers moments de sa vie grâce à un témoignage de sa fille Yasmine Sawadogo. Mon propos n’est pas  de dire que rien ne va, au contraire je salue et encourage l’immense travail du personnel soignant. Il s’agit plutôt d’interpeller tout le monde, décideurs, acteurs de la santé, vous et moi, sur une situation qui s’est produite et qui ne devrait plus se produire, pour compléter la chaîne d’hommage à un ami, à une icône du décor.

Marvin est allé en consultation parce qu’il ne se sentait pas bien et le médecin au regard des signes de son  patient lui proposa immédiatement d’aller à l’hôptal Tengandeguo
Arrivé à Tengandego le 23 Mars aux environs de 10h on lui demande de retourner à la maison appeler au téléphone on va venir le chercher. Vu la détresse respiratoire dans laquelle il était, les accompagnants décident  d’aller  vers les  cliniques privées.  Refus catégorique de 2 cliniques privées de référence de l’accueillir  au motif qu’elles ne sont pas équipées et par soucis de protéger leurs patients. Désemparé, Marvin décide de retourner à l’hôpital et y faire du vacarme jusqu’à être reçu.  Le témoignage de sa fille Yasmine  pathétique.  ‘’A 16h papa, maman, le petit frère de papa et son cousin sommes retournés à l’hôpital. C’est vers 18h qu’il est admis en salle 15. Il est  sans téléphone portable ; quelques minutes après, mon père nous appelle avec le téléphone d’un autre malade pour dire que ça ne va pas, il n’a pas reçu de traitement alors qu’il respire mal. Il leur demande d’appeler tous ses amis pour les alerter sur son sort. Il a particulièrement insisté qu’il faut appeler  le directeur de  l’hôpital,  lion comme papa. A 19h30 nous étions obligés de partir à cause du couvre-feu voyant mon père par la fenêtre des toilettes dire que ça ne va pas du tout. Entre temps ils ont pu faire accepter son téléphone. Plus tard à  21h  il appellera dire qu’il a enfin eu du gaz. Le matin à 6h il a rappelé pour demander du thé et des habits pour se changer de même que un pot pour se soulager parce que les toilettes étaient exécrables, mais sur place ils refusèrent de recevoir le thé parce qu’ils ont tout ce qu’ils veulent à l’intérieur. Idem pour les effets d’habillement et le pot.  8h Marvin rappelle pour dire que ça ne va pas, qu’on lui a donné un lit tout couvert de sang et qu’il a refusé de s’y coucher …il a continué de mettre la pression sur nous insistant sur la mauvaise qualité des toilettes et sa demande de pot pour se soulager … refus encore de l’équipe médicale
La nuit Papa demande du jus parce qu’il n’a pas d’appétit. Le couvre-feu était là. Papa a aussi demandé de lui apporter un calepin et un stylo. Un oncle a pris la nourriture et a collé sur la vitre de sa voiture, ‘’danger corona virus’’ et a pu apporter le repas et le calepin à papa’’.

Que voulait-il écrire comme message? A t il écrit? Qu’a-t-il dit? A-t-on bloqué son message?
« Mercredi papa nous appelle pour dire de venir le sortir de l’hôpital à cause de Dieu parce que en dehors de l’oxygène on ne lui donne rien et il ne veut pas mourir cadeau… les gens nous regardent ici  comme des monstres  » raconte Yasmine Sawadogo.  ‘’ C’est notre dernier échange avec papa’’ ajoute-t-elle la gorge nouée.

Le choc de trop
La famille n’était pas au bout de sa douleur. Amadou ne répondait plus aux appels depuis cette dernière conversation du 25 Mars dans laquelle il demandait de venir le sortir de l’hôpital à cause de Dieu. Entre temps son téléphone était éteint mais la famille n’osait pas penser au pire.  Elle multiplie les initiatives. Elle a le contact d’un membre de l’équipe soignante. Les chambres à Tengandego sont fouillées les unes après les autres. Marvin n’y est pas. Les recherches se poursuivent à la clinique les genets où se trouve un autre groupe de malades. Point de Marvin. L’idée leur vint de passer à la morgue le 29 Mars et surprise: ils découvrent une caisse avec la mention Sawadogo Amadou, décédé le 26 mars avec la mention ‘’sans dossier’’.
Amadou a eu droit à ce témoignage public parce qu’il était un homme public. Combien de malades sont dans ses conditions actuellement ? combien de corps sont à la morgue à l’insu de leurs proches ? J’ose croire que le cas de Amadou est accidentel et unique.

Lire aussi:https://libreinfo.net/covid-19-le-talentueux-decorateur-des-grands-evenements-marvin-sawadogo-sen-est-alle-a-54-ans/

Paix aux âmes des victimes du Covid, courage à l’équipe médicale, rappelons-nous la nécessité de respecter les consignes de prévention car si le confinement et le couvre-feu sont inconfortables, les conditions d’hospitalisation sont pires.

Ouézen Louis Oulon

Source: L’Événement

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Le Burkina a un besoin en électricité de 550 mégawatt

Le besoin en électricité du Burkina Faso est actuellement de 550 mégawatt, informe le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo, le 22 février...

Burkina : 20 ans d’existence de Compassion International, « 182, 16 milliards de F CFA investis pour les enfants », Issaka Kiemtoré

«L’ONG Compassion International Burkina Faso» a organisé ce jeudi 22 février 2024 à Ouagadougou, une cérémonie officielle pour rendre gloire au Seigneur et reconnaissance...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...

Burkina : Dr Ablassé Ouédraogo au front, son parti dénonce une «punition déguisée »

Le parti Le Faso Autrement dit se réjouir de voir son président Dr Ablassé Ouédraogo faire signe de vie le 19 février 2024, 60...

Burkina : un décret pour permettre de dénoncer les mauvaises pratiques dans l’administration publique

Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi 21 février 2024, le Conseil des ministres qui...
spot_img

Autres articles

Niger : Les autorités mettent fin aux fonctions de ses Consuls Honoraires dans 19 pays

Le gouvernement du Niger a décidé, le  mercredi 21 février 2024, de mettre fin aux fonctions de Consuls Honoraires du Niger dans 19 pays.  Par...

Sénégal : le président Macky Sall s’insurge contre la communauté internationale

Dans une interview diffusée en direct à la télévision nationale Sénégalaise, ce jeudi 22 février 2024, le chef de l’État sénégalais, Macky Sall était...

Côte d’Ivoire : La mesure de suspension de l’exportation des produits vivriers levée

Dans un communiqué rendu public le 22 février 2024, le gouvernement ivoirien lève la mesure de l'exportation des produits de grande consommation. Par Jean François...

Niger : découverte d’armes de guerre, Niamey accuse la France

Une cache d’armes de guerre a été découverte à Niamey la capitale du Niger, dont les images ont été diffusées à la télévision nationale,...

Burkina : «Si d’autres pays prennent des mesures contre nos compatriotes, cela sera réciproque », Ministre Mahamadou Sana

Le ministre délégué chargé de la Sécurité, Mahamadou Sana, a clarifié les nouvelles mesures relatives aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers, ainsi...