spot_img

Demande de départ de la force militaire française: une «décision forte, claire et courageuse », selon Abdoul Karim Sango

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est une réaction du juriste et politologue Abdoul Karim Sango, ancien ministre de la Culture et Conseiller spécial de l’ex président Roch Marc Christian Kaboré, suite au départ demandé de la force militaire française par les autorités burkinabè.

Par lettre adressée aux autorités françaises, le gouvernement du Burkina Faso dénonce l’accord de coopération militaire de 2018 entre les deux Etats. La même lettre exige le départ de la force militaire française présente sur le sol burkinabè.

Cette décision forte, claire et courageuse est en phase avec la doctrine défendue par les gouvernants actuels.

Je ne connais pas les contours exacts de ce qui a motivé cette décision mais dénoncer un accord international est quelque chose de tout à fait courant et normal.

Récemment d’ailleurs, la Secrétaire d’Etat française au développement avait dit qu’il appartenait aux autorités burkinabè de décider de l’avenir de l’accord de coopération militaire de 2018. Avec cette lettre, on peut dire qu’elle a été bien entendue.

Cette lettre s’inscrit dans une longue tradition des relations entre le Burkina Faso et la France dans le domaine militaire. Déjà, au lendemain des indépendances, les autorités politiques du Burkina Faso avaient dit non à la présence militaire française. Elle est également en phase avec une bonne partie de l’opinion publique burkinabè.

A titre personnel, sans rentrer dans une surenchère inutile, j’ai toujours défendu l’idée qu’il n’est pas admissible qu’une armée étrangère soit présente sur le territoire d’un autre État souverain.

La seule exception admissible, c’est l’hypothèse dans laquelle l’autorisation est donnée par le Parlement. Or, une des faiblesses de ces accords avec la France, et bien d’autres pays, c’est qu’ils ont été pris sans l’aval du parlement, et dans une opacité totale.

L’opinion publique est donc fondée légitimement à les rejeter. La France, elle-même, ne devrait pas rougir de cela. Dans ce pays, il n’est pas concevable que des forces étrangères interviennent sans l’autorisation du parlement. Il faut appliquer la réciprocité.

Dans le projet de constitution de la Ve République, de tels accords passeraient désormais devant le parlement pour être adoptés. Si ces aspects sont maintenus dans la nouvelle constitution, la ratification par le Parlement leur donnerait plus de transparence et de légitimité.

La coopération militaire a des domaines divers : formation, renseignements, logistiques. Il y a nécessairement matière à coopérer. Il n’y a aucune raison d’en faire une affaire singulière.

Je souhaite le retour à un climat de sérénité et de respect mutuel dans nos rapports avec la France et tous nos partenaires afin d’établir des axes de coopération correspondant à nos attentes et à nos besoins réels. Nous sommes dans un monde d’interdépendance.

Nous avons en commun des valeurs sur lesquelles, il faudra écrire les nouvelles pages de la coopération dans le seul intérêt des peuples et des nations.

Machiavel dans son traité de politique Le prince, disait que les meilleures troupes, les meilleures armes sont celles nationales.

Lire aussi: Burkina Faso : le départ de l’armée française « ne laissera aucun vide » ministre Jean Emmanuel Ouédraogo

Autrement dit, seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie. Voilà le défi que nous Burkinabè devrions relever ensemble unis et solidaires. Tout le reste n’est qu’illusion !

Abdoul Karim SANGO

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : le CTNS, une structure pour ratifier les traités et accords internationaux

Le gouvernement burkinabè a adopté, le 22 mai 2024, en conseil des ministres, un décret portant création du Comité technique national de suivi de...

Bamako/Paris : Reprise possible de la délivrance de visas pour les Maliens 

Après des mois de tensions entre Paris et Bamako, un signe de détente apparaît à l'horizon. Selon le journal Africa Intelligence, la France pourrait...

Burkina: la compassion du président Ibrahim Traoré à l’Iran

Le président de la Transition au Burkina Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré a présenté ce lundi 20 mai 2024, sa compassion à l'Iran suite...

Niger: accord trouvé pour le retrait des soldats américains

Les États-Unis et le Niger ont trouvé ce dimanche 19 mai 2024 un accord conjoint pour les procédures de retrait des soldats américains sur...

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...
spot_img

Autres articles

UBA: les actionnaires se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes

Promesse tenue : les actionnaires de UBA se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes ....Les actionnaires approuvent la recapitalisation selon...

Burkina 2025: Les citoyens réclament un État assurant la défense de leurs intérêts

À l’horizon 2025, sur le plan politique, les Burkinabè veulent un Etat assurant l’éducation et la santé, la défense des droits et des intérêts...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...