spot_img
spot_img

Education nationale : l’opposition politique met le gouvernement en garde contre une année blanche

Publié le : 

Publié le : 

Le Chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso (CFOP/BF) a tenu son hebdomadaire point de presse, ce mardi 12 mai à son siège à Ouagadougou. A l’occasion, le président de l’Autre Burkina/Parti pour le socialisme et la refondation (L’Autre Burkina /PSR), Dr Alain Zoubga et M. Carlos Toé, président du Mouvement pour le Changement et la Renaissance (MCR) ont porté la voix de l’opposition burkinabé qui dénonce une désorganisation au sommet de l’Etat dans les prises de décisions et qui met le gouvernement en garde contre une année blanche dans le secteur de l’Education nationale. 

Par André-Martin Bado (stagiaire) 

L’opposition politique a entamé sa communication en s’insurgeant contre cette erreur commise par le gouvernement et qui a consisté en l’utilisation du cachet du président du Faso par le Premier ministre dans un document officiel. Pour l’opposition, cela dénote d’un manque de sérieux et d’une désorganisation du gouvernement.

L’opposition dénonce aussi le fait qu’à plusieurs reprises, le gouvernement s’est laissé influencé par des citoyens sur les réseaux sociaux et dans les émissions interactives sur des radios, notamment en ce qui concerne la levée de certaines mesures prises pour contrer la propagation de la Covid-19. Pour l’opposition, ces citoyens ont ainsi réussi à imposer leurs volontés. Ce qui, selon elle, révèle l’impuissance du gouvernement.

De plus, l’opposition politique burkinabé apprécie mal le report de la date de reprise des activités scolaires au 1er juin. C’est un report qui, selon l’opposition, expose à un risque inquiétant quant à l’avenir des élèves. Face à cette situation, elle a, par la voix de Dr Zoubga, indiqué que « si rien n’est fait, nous allons droit vers une année blanche (…) ; ce qui pourrait hypothéquer sérieusement leur avenir ». Pour éviter pareille situation, l’opposition dit exhorter le gouvernement à s’investir pour sauver l’année scolaire. Dans ce sens, l’opposition préconise le règlement préalable des revendications des syndicats d’enseignants.

A la faveur de cette conférence du 12 mai, l’opposition se réjouit de la reprise de l’enrôlement des électeurs. Cependant, elle dénonce des problèmes techniques liés au dysfonctionnement des appareils d’enrôlement observés dans certaines localités.

A en croire les conférenciers du jour, des représentants de l’opposition politique ont été empêchés de se faire enrôler, dans certaines localités, par des militants du parti au pouvoir.  Au regard de constats faits à propos, le Cfop dit inviter la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à corriger ces anomalies pour une poursuite sereine de l’enrôlement des électeurs.

En sus, l’opposition politique a apprécié  ces mesures prisent par le gouvernement, en l’occurrence celles concernant la reprise des transports urbain, périurbain et rural des personnes, et la reprise – annoncée pour le 15 mai – des activités dans les restaurants, les bars, salles cinémas et spectacles.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...

[Tribune] Les assises nationales : C’est comme la mort ou chéchéé…

La légende raconte que dans une terre lointaine, existait un peuple qui vivait en harmonie avec le respect scrupuleux de ses règles et traditions. Une...

Tchad:  après sa démission, Succès Masra sera-t-il reconduit premier ministre ?

Après sa démission conformément à la Constitution à la suite des résultats de la présidentielle du 6 mai 2024, le Premier ministre de la...

Assises nationales au Burkina : Ce que disent des étudiants de l’Université Joseph Ki-Zerbo 

Les Assises nationales qui se tiendront les 25 et 26 mai à Ouagadougou, au Burkina Faso, cristallisent les espoirs et les attentes de nombreux...

Cameroun: la réunification, 52 ans après….

C’était la fête nationale, ou fête de l’unité, le 20 mai 2024 au Cameroun. Une célébration en demi-teinte, placée sous le thème « Armée et...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...