spot_img

Burkina Faso : les détenus de Baporo participent à l’initiative présidentielle pour la production agricole

Publié le : 

Publié le : 

La Direction de la communication de la Présidence du Faso a organisé le mardi 5 décembre 2023, en collaboration avec la Direction générale de l’administration pénitentiaire, un voyage de presse au Centre pénitentiaire agricole de Baporo (CPAB) situé dans la province du Sanguié. L’objectif est de mettre en lumière la contribution des pensionnaires de ce centre dans la mise en œuvre de l’initiative présidentielle pour la production agricole.

Par Daouda Kiekieta, de retour de Baporo

Il est environ 10h, le mardi 5 décembre 2023, quand nous arrivons au Centre pénitentiaire agricole de Baporo (CPAB), dans la commune de Zawara, à cheval entre la province des Balé et celle du Sanguié.

Dans le cadre de l’initiative présidentielle pour la production agricole lancée par le chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré, les détenus de ce centre ont exploité au cours de la campagne humide écoulée, 40 hectares de terres agricoles pour des récoltes estimées à plus de 20 tonnes de sorgho, de maïs et de niébé.

En effet, le voyage de presse organisé par la Direction de la communication de la Présidence du Faso et la Direction générale de l’administration pénitentiaire a permis aux professionnels des médias de faire une immersion dans le quotidien de ces prisonniers.

Un centre pénitentiaire aux potentiels multiples

Créé en 1986 sous la révolution de Thomas Sankara, le centre pénitentiaire agricole de Baporo (CPAB) a une capacité d’accueil de quatre-vingt détenus. A ce jour, il compte quarante-quatre prisonniers de tout âge. Cependant, les premiers responsables de l’administration pénitentiaire burkinabè évoquent une vétusté des infrastructures.

Dans ce centre, on peut voir une fourrière de garde du bétail élevé sur place, le fleuve Mouhoun qui traverse le centre offrant une source d’eau intarissable. À cela, on note des canalisations d’eaux pour éviter les inondations du site.

Le centre dispose du potentiel nécessaire pour produire suffisamment, n’eût été les contraintes liées notamment à la vétusté des infrastructures, souligne le premier responsable de l’administration pénitentiaire, Sabila Sawadogo, accompagné de ses proches collaborateurs.

Avec la redynamisation du centre, un aménagement de 70 ha est prévu à court terme, sur un potentiel de 100 hectares à sa création. Pour l’instant, ce sont 40 ha qui ont été exploités par les pensionnaires pendant la saison d’hivernage écoulée, dans le cadre de l’initiative présidentielle pour la production agricole. La quantité céréalière produite sur ces 40 ha n’a encore été comptabilisée selon Sabila Sawadogo.

Des aménagements en cours pour les cultures de contre saison

Du maïs, du sorgho, du niébé sont cultivés. Sur une superficie d’environ 1 hectare, quelques détenus, libres de leurs mouvements au sein du site, sont en train d’irriguer une bananeraie.

Grâce à l’initiative présidentielle pour la production agricole, le centre a reçu un soutien allant du labour à la mise à disposition des intrants pour l’agriculture. Pour la saison sèche qui s’installe, les détenus sont en pleine préparation pour la culture de contre saison. L’irrigation se fait à partir de 84 points d’eau qui tirent leur source du fleuve Mouhoun, le plus long du pays.

Trente hectares sont prévus pour la campagne sèche en cours grâce toujours à l’accompagnement du Bureau des grands travaux, dans le cadre de l’initiative présidentielle pour la production agricole.

Pour renforcer le débit de l’irrigation pendant la campagne sèche, un forage sera construit avec le soutien du Bureau des grands travaux. « Sur cet espace d’environ un hectare que vous voyez, on compte mettre de l’aubergine. Bientôt, on va parceller et commencer le repiquage des pépinières » nous dit Bertin Ilboudo, inspecteur principal du Centre pénitentiaire agricole de Baporo.

Pour le directeur de la communication de la Présidence du Faso, Gilbert Ouédraogo, cette production des pensionnaires, dévoués à la tâche, devrait permettre au Burkina Faso de tendre vers l’autosuffisance alimentaire.

« C’est cela qui correspond à la vision du chef de l’État, le capitaine Ibrahim Traoré, qui estime qu’en plus de travailler à la restauration de l’intégrité du territoire, qu’il faut développer le Burkina Faso en commençant par procurer à chaque Burkinabè de quoi s’alimenter » explique le directeur de la communication de la Présidence du Faso.

De son côté, Sabila Sawadogo rappelle que l’objectif premier de ce centre est de préparer les prisonniers pour leur insertion socio-professionnelle à la sortie de la prison. « Le deuxième objectif, c’est de travailler pour nourrir tous les détenus du pays, que ce soit, les condamnés, les prévenus et les mis en examen. Le surplus de la production est revendu dont l’argent est reversé au trésor public ».

Lire aussi: AN I MPSR II : Agriculture, cheval de bataille du capitaine Ibrahim Traoré

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Niger : Les autorités mettent fin aux fonctions de ses Consuls Honoraires dans 19 pays

Le gouvernement du Niger a décidé, le  mercredi 21 février 2024, de mettre fin aux fonctions de Consuls Honoraires du Niger dans 19 pays.  Par...

Sénégal : le président Macky Sall s’insurge contre la communauté internationale

Dans une interview diffusée en direct à la télévision nationale Sénégalaise, ce jeudi 22 février 2024, le chef de l’État sénégalais, Macky Sall était...

Côte d’Ivoire : La mesure de suspension de l’exportation des produits vivriers levée

Dans un communiqué rendu public le 22 février 2024, le gouvernement ivoirien lève la mesure de l'exportation des produits de grande consommation. Par Jean François...

Niger : découverte d’armes de guerre, Niamey accuse la France

Une cache d’armes de guerre a été découverte à Niamey la capitale du Niger, dont les images ont été diffusées à la télévision nationale,...

Burkina : «Si d’autres pays prennent des mesures contre nos compatriotes, cela sera réciproque », Ministre Mahamadou Sana

Le ministre délégué chargé de la Sécurité, Mahamadou Sana, a clarifié les nouvelles mesures relatives aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers, ainsi...
spot_img

Autres articles

Niger : Les autorités mettent fin aux fonctions de ses Consuls Honoraires dans 19 pays

Le gouvernement du Niger a décidé, le  mercredi 21 février 2024, de mettre fin aux fonctions de Consuls Honoraires du Niger dans 19 pays.  Par...

Sénégal : le président Macky Sall s’insurge contre la communauté internationale

Dans une interview diffusée en direct à la télévision nationale Sénégalaise, ce jeudi 22 février 2024, le chef de l’État sénégalais, Macky Sall était...

Côte d’Ivoire : La mesure de suspension de l’exportation des produits vivriers levée

Dans un communiqué rendu public le 22 février 2024, le gouvernement ivoirien lève la mesure de l'exportation des produits de grande consommation. Par Jean François...

Niger : découverte d’armes de guerre, Niamey accuse la France

Une cache d’armes de guerre a été découverte à Niamey la capitale du Niger, dont les images ont été diffusées à la télévision nationale,...

Burkina : «Si d’autres pays prennent des mesures contre nos compatriotes, cela sera réciproque », Ministre Mahamadou Sana

Le ministre délégué chargé de la Sécurité, Mahamadou Sana, a clarifié les nouvelles mesures relatives aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers, ainsi...