spot_img

Justice: Yoda arrive, préparez vos dossiers

Publié le : 

Publié le : 

Un ancien ministre (très proche du chef de l’Etat) en prison; un juge important sous les verrous; un DG adjoint des douanes poursuivi…et seul Dieu sait depuis quand  un maire central de la capitale, pris de peur-panique face à la justice, s’est transformé en enregistreur ambulant.
Ces jours-ci, le Faso semble connaître une ère nouvelle, tellement inattendue qu’elle laisse beaucoup interrogateurs.
Au cœur de tout ce remue-ménages, la volonté d’un homme, le procureur Harouna Yoda. En moins d’un an de service, ce magistrat de 45 ans a eu la prouesse de redonner espoir à ceux qui ne croyaient plus en la justice du pays des hommes intègres. Une justice qui, malgré des réformes sans pareille, était  restée, jusque-là, l’ombre d’elle-même, toujours bien placée dans le palmarès des institutions les plus corrompues du pays.
Mais lentement et surement ce jeune magistrat est en train d’incarner la justice tant rêvée: l’indépendance et l’égalité au service de la veuve et de l’orphelin.
Très humble et suffisamment réservé il nous l’a juré devant caméras: plus aucune dénonciation, surtout par voie de presse, ne sera ignorée. Il a salué d’ailleurs le travail des médias à l’issue, jeudi 18 juin, de sa toute première conférence de presse depuis son installation au TGI de Ouagadougou. Ceux qui le connaissent disent que sa rigueur professionnelle est sans appel. Et pour cette première conférence de presse, Harouna Yoda est apparu comme un général, au milieu de ses hommes.
Ce premier rendez-vous avec la presse est soigneusement préparé. Avec un ton serein, l’homme a su présenter les grands dossiers inscrits à l’ordre du jour. Les réponses sont bien choisies, pas de digression, il reste campé sur les sujets du jour et répond avec tact aux journalistes qui cherchent à nourrir leur curiosité sur d’autres faits non-inscrits.
Imperturbable, le magistrat diplômé en droit des affaires de l’université de Ouagadougou tutoie dans le cadre de son travail les gens d’en « haut en haut ». Ces derniers temps, il aurait réussi à placer sous mandat de dépôt plusieurs enfants, des « fils à papa » à la MACO pour avoir organisé ces bagarres de rue dans Ouagadougou. A ce qu’on dit, ni la pression des puissants parents n’a pu ébranler l’homme. Et comme si cela ne suffisait, c’est l’ancien ministre de la Défense Jean Claude Bouda qu’il a conduit au gnouf le mardi 26 mai 2020 pour des faits de délits d’apparence. Le Directeur Général Adjoint de la Douane Alassane William Kabore est aussi dans son viseur et les choses semblent être très avancé. Et à cause du juge Yoda, le maire de Ouagadougou Armand Beouindé ne dort plus, craignant lui aussi d’aller en prison.
La cerise sur le gâteau, c’est le mandat de dépôt du juge de la cour d’appel de Ouagadougou Narcisse Sawadogo.Ironie du sort, Narcisse Sawadogo et Harouna Yoda sont de la même promotion 96-97 à l’université de Ouagadougou. Même si dans la vie professionnelle, les deux se sont tous retrouvés magistrat et plusieurs fois présidents de tribunaux à l’intérieur du pays, ils n’ont pas les mêmes convictions syndicales. Le Procureur du Faso, Harouna Yoda est militant du SBM (Syndicat Burkinabè des Magistrats) syndicat d’origine du ministre de la Justice René Bagoro et le magistrat Narcisse Sawadogo militant du SAMAB (Syndicat Autonome des Magistrats du Burkina).
Ce membre du Cercle d’études, de recherches et de formation (Cerfi), très pieux et respectueux de ses collègues, est aussi un homme de très bon contact, selon certains de ses amis. Par ailleurs, le Procureur Yoda est bien accompagné de plusieurs autres magistrats bien respectés. Difficile aujourd’hui de parler du TGI de Ouagadougou sans évoquer le nom du doyen des juges d’instruction Emile Zerbo, celui-là même qui a émis le mandat d’arrêt international contre François Compaoré arrêté à Paris le 29 octobre 2017.
Aucune institution aussi puissante ne peut faire la fierté des hommes si elle n’est dirigée par un homme « fort ». Les derniers développements des dossiers en justice précisément au tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou sous le magistère du Procureur du Faso Harouna Yoda montrent que rien n’est impossible. Le temps nous le dira.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Savane médias fermé pour impôts non payés

La direction de Savane médias a annoncé , ce 24 avril 2024, la fermeture de ses locaux par les services des impôts selon une...

Ouagadougou: l’Amicale des anciens élèves du LTO visite le chantier d’une nouvelle cantine pour l’établissement

L'Amicale des anciens élèves du Lycée Technique de Ouagadougou (LTO), actuel lycée technique National Aboubacar Sangoulé Lamizana a effectué, ce mardi 23 avril 2024,...

Burkina: «les magistrats préoccupés par des menaces récurrentes et multiformes»

Au terme des travaux d'avancement des magistrats le lundi 22 avril 2024 à Ouagadougou, la commission a affirmé dans un communiqué qu'elle est «préoccupée...

Chine : après 14 jours de formation, des journalistes burkinabè reçoivent leurs attestations

Les autorités chinoises ont procédé le 23 avril 2024, à Beijing la capitale chinoise, à la remise des attestations de fin de formation à...

Coopération : Des investisseurs russes chez le ministre des affaires étrangères

Des investisseurs russes sont venus présenter leurs projets au ministre des Affaires étrangères, Karamoko Jean Marie Traoré. C’était ce lundi 22 avril 2024 au...
spot_img

Autres articles

Burkina : Savane médias fermé pour impôts non payés

La direction de Savane médias a annoncé , ce 24 avril 2024, la fermeture de ses locaux par les services des impôts selon une...

Economie : le Nigeria occupe désormais la 4è place en Afrique

Le Nigeria perd sa place de première puissance économique africaine. Il chute à la 4è place selon les prévisions du Fonds Monétaire International (FMI). Par...

SNC 2024:  L’orchestre « Lamogoya La fraternité» de Tougan à l’heure des préparatifs

Samedi 27 avril 2024, Bobo-Dioulasso, va vibrer au rythme de la  culture. Trois semaines avant, l'heure est aux préparatifs. Ainsi, l'Orchestre «Lamogoya La fraternité»...

BURKINA : LA SNC POUR TRESSER LES CORDES D’UN BURKINA NOUVEAU

C’est la dernière ligne droite pour la 21e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC-Bobo’2024) du Burkina Faso qui s’ouvre le 27...

Ouagadougou: l’Amicale des anciens élèves du LTO visite le chantier d’une nouvelle cantine pour l’établissement

L'Amicale des anciens élèves du Lycée Technique de Ouagadougou (LTO), actuel lycée technique National Aboubacar Sangoulé Lamizana a effectué, ce mardi 23 avril 2024,...