spot_img
spot_img

Lutte contre la corruption : L’ASCE-LC prête à établir la liste de tous ceux qui ont commis des malversations

Publié le : 

Publié le : 

Dans une interview accordée à l’Agence d’information du Burkina (AIB) et à la Rédaction du journal Sidwaya vendredi 3 décembre 2021, Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’État, a abordé le sujet de la corruption au Burkina. Pour le contrôleur général d’État, la corruption a pris de l’ampleur parce qu’il n’y avait pas de sanction à l’endroit des acteurs.

Par Tatiana Kaboré

Le vendredi 3 décembre 2021,  le contrôleur général d’Etat Luc Marius Ibriga a été l’invité de la rédaction de l’Agence d’information du Burkina (AIB). Au cours des échanges, il a fait cas de l’évolution de la corruption au Burkina. Selon Luc Marius Ibriga, la corruption avait connu une baisse après l’insurrection et ce jusqu’au début de l’année 2017. « Nous avons constaté après l’insurrection, une baisse de la corruption jusqu’en début 2017 parce qu’il y avait une nouvelle demande qui a vu le jour à savoir que ‘‘plus rien ne sera comme avant « , a-t-il laissé entendre. 

Il poursuit qu’avec « l’adoption de la loi anti-corruption en 2015 (…) tous ceux qui étaient dans des actes de corruption ont pris du recul pour éviter de tomber sous le coup de la répression « . Mais, cette baisse n’est pas restée constante et est remontée.  » Mais s’étant rendu compte après, (les corrupteurs et les corrompus), que la sanction des actes de corruption ne revenait pas, il y a eu une inflorescence de la corruption qui est remontée « , a regretté le professeur Ibriga.

Il a toutefois salué « l’opération mains propres » annoncée le jeudi 25 novembre 2021 par le président du Faso Roch Kaboré dans son discours à la Nation. Le contrôleur général d’Etat Luc Marius Ibriga

a fait ressortir que l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de Lutte contre la corruption (ASCE-LC), qu’il dirige, pourrait  « établir la liste de tous ceux qui ont fait des malversations pour la transmettre au chef de l’Etat« . Il précise que cela a été fait et qu’il suffit de la réactualiser.  « Nous l’avons déjà fait. Il suffit seulement de réactualiser « , a fait savoir M.Ibriga.

De son avis sanctionner la corruption aujourd’hui serait  » poser un acte qui remet la société dans le bon sens ». Car dit-il  » s’il n’y a pas une opération mains propres qui emmène les uns et les autres à penser que la corruption ne peut pas être un mode d’acquisition ou d’enrichissement, cela veut dire que nous (…) allons aller vers une société plus injuste, donc plus violente« .

Le Pr Luc Marius Ibriga a déclaré avoir remis un document élaboré de concert avec le Réseau national de lutte Anti-corruption (REN LAC) au chef de l’Etat. Ledit document porterait sur les actions prioritaires à mener dans la lutte contre la corruption et les mécanismes pour arriver à une bonne gouvernance.  « Le chef de l’Etat a promis de nous revoir avec le procureur pour les différentes orientations par rapport à l’action qu’il entend entreprendre dans ce domaine« , a déclaré le contrôleur général d’Etat.

En rappel, le contrôleur général d’Etat et le procureur du Faso, près le Tribunal de Grande instance de Ouaga 1 ont été reçus, il y a quelques jours, par le chef de l’Etat. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’opération « mains propres » annoncée par le Président Roch Kaboré.

A lire aussi: Rapport ASCE-LC 2019: les montants les plus élevés des dépenses irrégulières ont été constatés dans les ministères de la sécurité,de la culture,etc.

www.libreinfo.net

 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Sécurité : L’éducation à la vie familiale, une clé de résilience contre le terrorisme 

Le salon international de la famille de Ouagadougou s'est ouvert le vendredi 17 mai 2024 dans la capitale burkinabè. A l’occasion, Jean Marie Tiendrebeogo,...

Burkina/Réseaux Sociaux : La Présidence du Faso met en garde les usurpateurs de l’identité du chef de l’État 

La direction de la communication et des relations presse de la présidence du faso, dans un communiqué publié ce vendredi 17 mai 2024, informe...

Burkina : 3e édition du FONDES, «éduquer les enfants au sein de la famille », Germaine Kafando 

L' association Fondation Espoir et Sourire ( FONDES) organise la 3e édition du salon international de la famille de Ouagadougou qui s’est ouvert ce...

Burkina/littérature: réseaux sociaux, influence mitigée sur le livre physique

Avec internet et les réseaux sociaux, l’avenir du livre physique serait menacé. Sur le sujet des écrivains, des étudiants et des gérants de bibliothèque...

Burkina: Le CNP-NZ décline une rencontre avec le CSC

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) a décliné l’invitation du Conseil supérieur de la communication (CSC) à participer à une rencontre d’échanges,...
spot_img

Autres articles

RDC : Tentative de coup d’État déjouée, selon l’armée

La capitale de la République démocratique du Congo , Kinshasa, a été secouée par une tentative de coup d'État le dimanche 19 mai 2024....

Niger: accord trouvé pour le retrait des soldats américains

Les États-Unis et le Niger ont trouvé ce dimanche 19 mai 2024 un accord conjoint pour les procédures de retrait des soldats américains sur...

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...

[Tribune] Médiation CEDEAO/AES, soutien au président Faye

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo à la suite du président nigérian Bola Tinubu vient de demander à son homologue sénégalais Bassirou Diomaye Faye, d’entrer...

Économie/UMOA: le Burkina mobilise 130 milliards Fcfa

Le Trésor public du Burkina Faso a mobilisé 129,68 milliards Fcfa sur le marché de l'UMOA suite à l'emprunt obligataire lancé du 11 avril...