spot_img

Vœux 2024:« J’invite l’ensemble des Burkinabè à faire de l’année 2024, l’année de l’unité nationale », Guy Hervé Kam

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est le message de nouvel de Maitre Guy Hervé Kam, Coordonnateur national du Mouvement SENS, parvenu à la redaction de Libreinfo.net.

Burkinabè des campagnes, des villes et des diasporas,

Compatriotes africains et amis du reste du monde ;

Au seuil de cette nouvelle année, mes premières pensées vont à nos vaillantes forces de défense et sécurité (FDS) et à nos vaillants VDP tombés pour la défense de la Patrie.

Repos éternel braves combattants, la Nation entière se souviendra de votre sacrifice. A ces héros de la Patrie et à leurs familles, je témoigne en mon nom et au nom du mouvement SENS, ma reconnaissance infinie et à leur famille, ma compassion et ma solidarité. Aux FDS et VDP blessés, je souhaite prompt rétablissement. J’invite l’ensemble des burkinabè à se souvenir au quotidien de leur sacrifice et à leur témoigner notre solidarité.

A l’ensemble des forces combattantes qui, aujourd’hui encore, défendent la patrie au prix de leurs vies, je souhaite Force et énergie dans la dignité et l’intégrité, car pour la Patrie aucun sacrifice n’est de trop.

Mes pensées vont ensuite, à toutes les victimes civiles du terrorisme ainsi qu’à leurs familles. Paix aux âmes des disparus, compassion et solidarité aux familles. Je pense aussi à nos frères et sœurs déplacés internes. Pour ces compatriotes particulièrement éprouvés par cette crise sécuritaire que subit notre pays, nous ne devons ménager aucun effort afin qu’ils retrouvent très vite la quiétude d’antan ou qu’ils se trouvent sur la terre libre du Burkina Faso ou partout ailleurs en Afrique.

Mes pensées vont enfin à chacun de vous, à toutes et tous, femmes et hommes du Burkina Faso et d’Afrique qui aspirez à une bonne et heureuse année 2024. Puissions-nous œuvrer d’ardeur dans notre engagement au service du Burkina Faso et de l’Afrique.

Burkinabè des campagnes, des villes et des diasporas,

Compatriotes africains et amis du reste du monde,

Une nouvelle année commence avec ses défis mais aussi ses espoirs.

Notre principal défi commun demeure la lutte contre le terrorisme qui sévit dans notre continent et particulièrement dans sa région occidentale depuis une dizaine d’année. Cette crise sécuritaire a créé d’autres défis qu’elle nourrit et qui se nourrissent d’elle. Il s’agit de la crise économique, de la crise humanitaire, de la crise sociale, entendu au sens de la dislocation progressive de la cohésion sociale et du vivre ensemble et enfin, de la crise de la démocratie.

Par moment, cette crise sécuritaire et ses conséquences nous amènent à douter de nous-mêmes et des valeurs de courage, de dignité, d’intégrité, de solidarité et de Justice qui ont toujours été le socle de notre vivre ensemble.

Mais, ces multiples défis ne doivent pas nous conduire au désespoir et au découragement. Personnellement, je n’ai jamais perdu espoir. Je fais confiance à la capacité des filles et des filles de notre pays, à se mettre ensemble pour tracer la voie de la victoire.

Ces défis ne doivent pas non plus nous conduire à démolir le trépied État de droit-Justice-Droits de l’homme, qui soutient encore le peu d’État qui nous reste et sur lequel nous devons bâtir l’État nouveau dont nous rêvons tous.

A cet égard, j’invite les autorités à prendre toutes les dispositions pour faire cesser les enlèvements et disparitions forcées de compatriotes du simple fait de leurs opinions. Aux compatriotes victimes et à leurs familles, j’exprime mon soutien et ma solidarité.

Face à l’hydre terroriste, nous devons avoir l’intelligence collective de ne céder ni à la division ni au fatalisme. Quels que soient le courage, l’engagement et la force des uns et des autres, aucune victoire ne peut être obtenue sur le terrorisme et consolidée dans la division.

Aucun burkinabè ne gagnera seul, une victoire pérenne contre le terrorisme pour l’offrir en cadeau aux autres. Soit, nous gagnons ensemble contre le terrorisme soit, nous perdons ensemble ; il n’y a pas d’autre alternative viable.

Nous devons aussi résister à la tentation de tout détruire pour gagner la guerre, car « gagner la guerre est plus facile que gagner la paix ». C’est pourquoi j’en appelle à la prise en compte du défi de la cohésion sociale et de l’unité nationale comme dimension essentielle, non seulement pour gagner la lutte contre le terrorisme aujourd’hui, mais aussi et surtout, pour transformer qualitativement notre société.

Convaincu que nous sommes ensemble capables de construire le meilleur, j’invite l’ensemble des Burkinabè à se dépasser individuellement pour faire collectivement de l’année 2024, l’année de l’unité nationale pour un Burkina Faso de paix, de Justice sociale et de progrès.

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...
spot_img

Autres articles

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...