spot_img
spot_img

Mort de 12 détenus à Tanwalbougou : le CISC émet un « doute raisonnable et fondé sur la volonté de camoufler la vérité »

Publié le : 

Publié le : 

Au lendemain d’une conférence de presse animée par les autorités judiciaires de Fada N’Gourma concernant des résultats d’enquêtes diligentées sur la mort de douze personnes dans les locaux de la gendarmerie de Tanwalbougou, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) émet, à travers une déclaration (dont Libreinfo.net a obtenu copie), un « doute » dont il en donne les motivations.

Par la Rédaction

Pour le CISC, le fait que les enquêtes concernant ces décès soient confiées à la gendarmerie et le fait aussi que « le procureur ne s’est toujours pas rendu sur les lieux du crime » deux semaines après les décès font douter de la volonté des autorités judiciaires de faire éclater la « vérité » sur cette affaire partie de l’interpellation de 25 ‘’présumés terroristes’’ dont 12 d’entre eux ont trouvé la mort au sein du poste de gendarmerie où ils ont été conduits après leur interpellation.

« De qui se moque-t-on ? », se demande le CISC, quand le « procureur affirme que les détenus ne sont pas morts par balles et qu’il n’y avait pas de sang sur les corps ». A en croire le CISC, « Ceux qui ont participé aux enterrements des corps sont formels pourtant, les corps étaient ensanglantés et des têtes écrabouillées. Avant d’enterrer les corps, ils auraient même dû boucher par des morceaux de tissus certaines orifices et perforations qui seraient causées de balles au niveau de la tête. »

L’autopsie, technique qui permettrait d’être mieux éclairé sur les circonstances et les causes de ces décès serait,  de l’avis du CISC, « bel et bien possible quel que soit le stade de putréfaction d’un corps ». Contrairement au procureur du Faso près le TGI de Fada, la putréfaction ne peut donc, à en croire cette organisation de la société civile, être un obstacle à la réalisation de l’autopsie sur un corps. Le CISC semble néanmoins convenir avec les autorités judiciaires que cette opération (autopsie) peut toujours se réaliser, mais prévient si elle « traine, alors au moment de l’exhumation des corps, des tests d’ADN devraient être effectués ».

Dans sa déclaration, le CISC fait aussi état de ce que « Certains parents s’inquièteraient de l’existence d’un plan machiavélique qui consisterait à remplacer avec le temps les corps déjà enterrés. »

De l’avis du CISC, des gages sûrs pour la « vérité » sur cette affaire de douze présumés terroristes morts dans les locaux de la gendarmerie passent, entre autres, par « une rigueur très ferme dans la conduite de l’enquête telle que l’a promis le président du Faso », par « la suspension de tous les acteurs qui seraient impliqués, la chaine de commandement y compris le gouverneur de l’Est qui est aussi un gendarme », par « la mise en place d’une commission d’enquête indépendante avec une assistance internationale pour conduire l’enquête en toute impartialité ».

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouagadougou : La réhabilitation des Avenues Yennenga et Moogho en marche

Le ministre d'État chargé de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, accompagné du ministre des Infrastructures, Adama Luc Sorgho, a officiellement lancé les travaux de...

Burkina/Don de sang : Le Capitaine Ibrahim Traoré se saigne pour sauver des vies

Le président du Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré, a donné son sang ce 14 juin 2024, lors d'une opération de collecte de sang, organisée...

Burkina/Manga : Les sites d’orpaillage fermés dans la commune

Le Président de la Délégation Spéciale de la commune de Manga, Yazouma Bérenger Bihoun, a annoncé le 12 juin 2024, l'interdiction formelle des activités...

Pétanque : Rendez-vous du 25 au 30 juin à Ouaga pour le 2e Festival international

L' Association club sportive de solidarité Naaba Wangsè a annoncé, ce jeudi 13 juin 2024, les détails de la 2e édition du Festival international...

Burkina : L’AFAB plaide pour une meilleure prise en charge de l’albinisme 

L'Association des femmes albinos du Burkina (AFAB) a organisé une conférence publique le jeudi 13 juin 2024 à Ouagadougou pour célébrer la 10e Journée...
spot_img

Autres articles

Djibo (Soum): un taux de réussite de 91,77% au CEP 2024

Les résultats du Certificat d'études primaires (CEP) session 2024 de la commune de Djibo, chef-lieu de la province du Soum sont tombés jeudi et...

Suisse: Alassane Ouattara au sommet sur la paix en Ukraine

Le Président ivoirien Alassane Ouattara a quitté Abidjan ce vendredi 14 juin 2024 pour la Suisse où il participera au premier sommet sur la...

Ouagadougou : La réhabilitation des Avenues Yennenga et Moogho en marche

Le ministre d'État chargé de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, accompagné du ministre des Infrastructures, Adama Luc Sorgho, a officiellement lancé les travaux de...

Burkina/Don de sang : Le Capitaine Ibrahim Traoré se saigne pour sauver des vies

Le président du Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré, a donné son sang ce 14 juin 2024, lors d'une opération de collecte de sang, organisée...

Niger : Mohamed Bazoum ne bénéficie plus d’immunité présidentielle !

La Cour d'Etat du Niger a levé ce 14 juin 2024, l'immunité de l’ancien président Mohamed Bazoum, annoncent plusieurs médias.  Par Nicolas Bazié Mohamed Bazoum ne...