Accueil A la une Niger : Washington promet près de 3 milliards de FCFA contre la...

Niger : Washington promet près de 3 milliards de FCFA contre la tête du chef terroriste Adnane Abou Walid Sahraoui

Quatre soldats américains et quatre Nigériens, perdaient la vie dans une embuscade le 4 octobre 2017, lors d’une patrouille conjointe composée de 11 soldats des forces spéciales américaines et de 30 soldats nigériens. Cette patrouille mixte, avait été la cible d’une attaque terroriste lancée par des combattants affiliés à l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), lourdement armés.

L’embuscade a eu lieu à proximité du village de Tongo Tongo, à une centaine de kilomètres de Niamey, près de la frontière avec le Mali.
Ce 4 octobre 2019, 2e anniversaire de ce guet-apens, les États-Unis ont promis selon l’Agence France presse (AFP), des récompenses pouvant atteindre cinq millions de dollars, près de 3 milliards de FCFA, en échange d’informations pour localiser le chef local du groupe État islamique, Adnane Abou Walid Sahraoui.

Toujours selon l’AFP, Washington a promis « deux récompenses » dans cette enquête. « La première peut aller jusqu’à cinq millions de dollars pour toute information permettant l’identification ou la localisation d’Adnane Abou Walid Sahraoui », le chef de l’EIGS, une organisation terroriste qui a revendiqué l’embuscade.

Adnane Abou Walid Sahraoui selon les propos rapporté l’AFP, a « un très, très long passé d’appartenance à des organisations terroristes, dont Al-Qaïda », et a été l’année dernière, inscrit sur la liste noire de Washington.

La seconde récompense, du même montant (5 millions de dollars), permettra d’arrêter ou de condamner dans « n’importe quel pays de toute personne qui a commis, ourdi ou favorisé l’embuscade ».

La mort de ces 4 soldats américains dans cette embuscade avait déclenché un tollé sur la présence des soldats américains au Niger. Et l’an dernier, l’armée américaine n’a pas tardé à sanctionner six militaires pour une série d’erreurs dans la préparation de cette mission.

A lire Terrorisme: le Mali et le Burkina Faso veulent mutualiser leurs forces pour éradiquer la menace

« À ce stade, je ne pense pas que nous ayons arrêté qui que ce soit en lien avec le guet-apens », a déclaré le responsable du département d’État américain ; qui espère avec les promesses annoncées, obtenir des indices ou des informations qui vont leur permettre ou à l’État nigérien, d’enquêter et de trouver les auteurs de l’attaque.

La Rédaction
www.libreinfo.net

Encadré

Adnane Abou Walid al-Sahraoui, nom de guerre de Lehbib Ould Ali Ould Saïd Ould Joumani, né entre 1973 et 1979, est un djihadiste sahraoui.

Membre du Front Polisario, il rejoint ensuite les djihadistes et devient le premier chef au Sahel à faire allégeance à l’État islamique. Il est témoin pendant son enfance de la guerre du Sahara occidental et fait partie des civils qui trouvent refuge dans les camps du Front Polisario en Algérie. Quelques années plus tard, il s’engage dans l’Armée populaire de libération sahraouie. Il rejoint ensuite les groupes djihadistes. Au début de la guerre du Mali, Walid Abou Adnane Sahraoui était un porte-parole du MUJAO.

Source : Wikipedia

www.libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
8 × 14 =