spot_img

Ouahigouya : l’Association ARCAN forme 30 jeunes ambassadeurs de la paix

Publié le : 

Publié le : 

L’Association pour la Relance Culturelle et Artistique Nouvelle (ARCAN) en collaboration avec le laboratoire Citoyenneté a organisé une session de renforcement de capacités des jeunes de «l’École de la paix » sur la prévention des conflits et la cohésion sociale. C’était du 14 au 16 décembre 2023 à Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord.

Par Zakiss Ouédraogo, correspondant dans le Yatenga

Au total, ce sont 30 jeunes issus de différents groupes socio-professionnels qui ont été identifiés dans le cadre de ce projet que l’association ARCAN a conduit pendant deux ans.

Ces jeunes qu’il convient désormais d’appeler « Ambassadeurs de la paix » auront la lourde tâche de sensibiliser, de participer à la résolution des conflits et à la cohésion sociale.

Selon Tasseré Nacoulma, haut-commissaire de la province du Yatenga, : « Le projet a contribué à former des jeunes dans le cadre de la citoyenneté et de la paix.»

C’est pourquoi , a-t-il dit, «Nous demandons à ces jeunes-là, de mettre réellement en œuvre leurs acquis au profit de la masse, de travailler pour qu’il y ait la paix. (…) C’est bien évidemment par eux que le changement de comportement doit s’opérer ».

Des Ambassadeurs de la paix pétris de talent

Le président de l’association ARCAN, Germain Ouédraogo, affirme, pour sa part, que ces ambassadeurs de la paix que nous venons de consacrer aujourd’hui après deux ans de parcours, ont appris à maîtriser tous les concepts en lien avec le contexte de l’extrémisme violent et la gestion des conflits.

Au cours de leur formation, a-t-il rappelé, ils ont fréquenté des institutions comme la justice, les FDS, l’état civil, les VDP pour avoir une vue assez large et approfondie de leurs fonctionnements.

Alors, « durant tout ce processus, nous pensons que c’est une formation de l’homme dans son ensemble pour comprendre son environnement et maîtriser les concepts en lien avec l’insécurité afin de mieux se positionner comme défenseur de la paix ».

Ouahigouya ARCAN jeunes
Germain Ouédraogo, président de l’association ARCAN à Ouahigouya

Le président de l’association a par ailleurs expliqué que c’était primordial de faire ce parcours. Car, à partir de maintenant, les jeunes formés parlent PAIX partout où ils seront

Il a conclu en ces termes : « On attend qu’ils puissent être opérationnels sur le terrain. Nous demandons à la communauté de prendre appui sur ces ambassadeurs qui sont pétris de talent pour passer le message de la paix ».

Franc Evariste Taonssa, est formateur de cet atelier qui a renforcé la capacité des 30 jeunes leaders issus des différentes communautés pour faire d’eux des ambassadeurs de la paix.

« J’invite les jeunes ambassadeurs de la paix à la mise en pratique des connaissances apprises. Les conflits sont inhérents à la vie humaine, on ne peut pas les éviter, donc, il faut les affronter », a dit le formateur.

Quant à Célestine Ouédraogo, jeune ambassadrice de la paix, elle a déclaré : « Nous avons appris les différents types de conflits, leurs conséquences, leurs provenances et comment les gérer. Nous remercions chaleureusement l’association ARCAN ainsi que ses partenaires pour cette opportunité».

« Nous allons sensibiliser et agir dans la gestion des conflits partout où besoin en sera. Nous sommes comblés de joie, nous invitons l’association ARCAN à étendre cette formation à l’endroit d’autres jeunes », a fait savoir pour sa part, mademoiselle Ouédraogo.

Ouahigouya ARCAN jeunes
Remise symbolique d’attestations

Pour Valdès Sawadogo, étudiant en doctorat 1 de médecine, «l’École de la paix», est un concept qui vise à former les jeunes afin qu’ils contribuent à renforcer la cohésion sociale, sensibiliser, promouvoir la paix et éradiquer l’extrémisme violent.

« Désormais, nous allons changer notre comportement et faire comprendre aux autres que la paix n’est pas un vain mot, c’est aussi un comportement.

De ce fait, «nous comptons réinvestir nos compétences à travers, des dialogues intercommunautaires, des plaidoyers et organiser des jeux inter-établissements sur des thèmes portant sur la cohésion sociale.» a-t-il affirmé.

Valdès Sawadogo a ajouté : «Si nous voulons que les choses changent, il faut nécessairement commencer par les racines qui sont les jeunes. Alors, «J’invite tous les jeunes à promouvoir la paix»

Cette session de formation a pris fin avec la remise des attestations aux ambassadeurs de la paix par les autorités provinciales.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...
spot_img

Autres articles

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...