spot_img

Édito: après les «pièges de la démocratie», dans quel régime sommes-nous?

Publié le : 

Publié le : 

Nous ne pouvons pas nous empêcher de revenir sur les «vérités» du capitaine Ibrahim Traoré à la tribune des Nations Unies  à l’occasion de la  78è Assemblée Générale.

Par la Rédaction

Bassolma Bazié, son ministre d’État en charge de la Fonction publique, qui l’a représenté, a traduit en parole la pensée du Chef de l’État  et celle du gouvernement de la Transition burkinabè.

Dans la forme et dans le fond, Libreinfo.net pense  que ce grand oral  a été  une opportunité pour partager avec le reste du monde la nouvelle vision du pays des Hommes Intègres.

Désormais, les nouvelles autorités au pouvoir  veulent discuter d’égal à égal avec les occidentaux qui, pendant longtemps, se sont comportés en territoire conquis.

Les donnes semblent avoir  changées et les «esclaves d’hier» se sont affranchis regardant droit dans les yeux de leurs maîtres pour réclamer un partenariat gagnant-gagnant. Le ton a été dur, le verbe acrimonieux.

L’ancien SG de la Confédération générale des Travailleurs du Burkina (CGTB), Bassolma Bazié  a retrouvé la verve de syndicaliste, et quoi qu’on dise, a tancé les Occidentaux.

Il a  rappelé  à Emmanuel Macron et  à la «nébuleuse dite communauté internationale » que  « nous peuples africains sommes foncièrement démocrates» et «ce que nous refusons», c’est moins donc la démocratie que les «pièges de la démocratie»

Ainsi, s’est-il écrié: «Oh liberté, quel crime n’a-t-on pas commis en ton nom !» en dénonçant le fait qu’il  se  trouve des «partisans de cette conception étriquée de la liberté pour justifier intellectuellement l’asservissement et la barbarie contre nos peuples en lutte pour leur dignité et leur souveraineté au nom d’un principe paradoxal de liberté qui, in fine assassine la liberté.»

Tout a été  dit  à la tribune des Nations Unies.  Mais ce sur quoi, nous nous interrogeons à l’interne, entre nous ici au Burkina, c’est de savoir finalement dans quel régime sommes nous?

Dans quel type de régime sommes-nous maintenant? Où sommes-nous en transit vers quel type de régime? La démocratie sous les tropiques? La démocratie traditionnelle? La démocratie populaire? Le régime civilo-militaire sur fond de démocratie innovante?

Allons-nous renouer avec la démocratie électoraliste? De peur qu’on glisse dans l’imbroglio, ce sont des questions légitimes qu’il faut se poser dès à présent.  Et auxquelles, il faut apporter des éléments de réponse.

Les juristes et les intellectuels pointus qui ne boivent plus leur «petit lait»à la politique française peuvent être associés à la réflexion.

Les autorités actuelles doivent ouvrir le débat, tracer le sillon, indiquer la voie et dans le cas contraire, permettre aux forces vives de faire des propositions.

Le plus tôt possible serait le mieux. C’est ce que Libreinfo.net pense.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...
spot_img

Autres articles

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...