spot_img

Prévention et gestion des conflits en milieu scolaire : WANEP-Burkina outille les enseignants de Pabré

Publié le : 

Publié le : 

Le Burkina Faso est confronté de plus en plus à une recrudescence de violences et de crises en milieu scolaire, dont la plupart sont imprévisibles. Cette situation inconfortable engage tous les acteurs du monde éducatif à différents niveaux, dont les enseignants qui sont fréquemment en interaction avec les élèves. D’où la nécessité pour WANEP-Burkina de renforcer leurs capacités en comportement de paix, c’est-à-dire, les outiller en technique de communication non-violente pour une entente entre enseignants et apprenants dans l’optique de contribuer à la résolution du phénomène.

« Les enseignants perdent leur autorité à cause de la non-maîtrise des contenus à enseigner et du manque d’aptitudes en communication non-violente », révèle une consultation nationale de 2016 sur les crises en milieu scolaire du Réseau west africain pour l’édification de la paix (WANEP-Burkina).

Cette situation est souvent la cause de certains climats de tension qui ne favorisent pas le bon apprentissage alors que l’école doit être un cadre de paix et de brassage culturel, où les relations sociales entre les acteurs sont vivifiées ; un lieu où l’excellence, la dignité humaine de l’équité et du genre sont valorisées.

Les établissements ayant bénéficié des formations en communication non-violente, l’un des outils de prévention des crises en milieu scolaire, présentent de bons signes de changement de comportements favorables à la non-violence en milieu éducatif.

Ces signes satisfont WANEP-Burkina qui donne la même formation aux enseignants de Pabré. Elle est placée sous le thème « La communication non-violente pour une entente mutuelle entre enseignants et apprenants ».

Maré Hato,responsable d’éducation à la non-violence et la paix à WANEP-Burkina

« Nous sommes satisfaits de cette formation que nous venons d’offrir aux enseignants. Vous savez, de façon involontaire, les enseignants peuvent souvent livrer une communication violente dans leur pratique de classe, alors que l’école est un cadre d’apprentissage. Et qui dit apprentissage,dit communication. Et pour qu’une communication soit bénéfique, il faut qu’elle tienne compte des besoins de l’apprenant et cela ne peut être possible qu’à travers la communication non-violente», nous confie Maré Hato, responsable d’éducation à la non-violence et la paix de WANEP-Burkina.

Des participants au personnel de WANEP-Burkina en passant par le formateur, tous se disent satisfaits de cette formation dont la clôture est intervenue ce mardi 28 mars 2019 à Ouagadougou.

« Partout, il y a la violence et l’école n’est pas hors de la société burkinabè. Il faut donc développer des outils pour gérer les conflits. Pour apprécier les travaux des élèves et même dans la communication entre les élèves et les enseignants, beaucoup de choses peuvent être améliorées. Cette formation est donc d’une grande importance », nous dit Jean-Claude Ouédraogo, proviseur du lycée municipal de Pabré.

Six lycées de la région du Centre sont touchés par ce programme de WANEP-Burkina.

A lire aussi : Violence en milieu scolaire les élèves du lycée Zinda outillés en techniques de prévention et de gestion de conflits

Siébou Kansié
Libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Burkina/Rapports droits humains : «tenir compte du contexte du pays», Me Halidou Ouédraogo

Le président de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), ancien président du Mouvement burkinabè des droits...

Administration du territoire: vers une stratégie de délimitation des entités administratives

Le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) envisage la délimitation des entités administratives territoriales. Ce projet est porté...

Centre-Sud: la direction régionale des Douanes fait don de matériels à plusieurs services

La direction régionale des Douanes du Centre-sud a fait don de plusieurs matériels aux forces combattantes et l'administration publique de la région le jeudi...
spot_img

Autres articles

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Football: le Bayer Leverkusen d’Edmond Tapsoba remporte la coupe d’Allemagne

Le Bayer Leverkusen a remporté ce samedi 25 mai 2024, la coupe d'Allemagne pour la deuxième fois de son histoire après 1993. Le Bayer...

Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré, éligible à la présidentielle après la Transition

Le chef de l'État, le capitaine Ibrahim Traoré a signé ce 25 mai 2024, la charte de la transition modifiée. Laquelle charte prévoit la...