spot_img

Crise sécuritaire : Le Burkina peut combattre cette menace en faisant de la préservation des droits humains un pilier central de sa stratégie antiterroriste

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est un écrit du Centre d’Information et de Formation en matière de Droits Humains en Afrique (CIFDHA) sur le respect des droits humains. 

Dans le cadre de la mise œuvre de ses activités de protection et de promotion des droits humains, le Centre d’Information et de Formation en matière de Droits Humains en Afrique (CIFDHA) a initié une campagne digitale de sensibilisation sur l’importance du respect et de la protection des droits humains au Burkina Faso dans un contexte de crise sécuritaire.

 

Les jeunes ont été mis au centre de cette campagne à travers des propositions d’articles. On vous invite à lire un article proposé par un jeune :

« L’Équilibre Essentiel : Respecter les droits de l’homme dans la Lutte Antiterroriste au Burkina Faso

Depuis l’apparition du fléau terroriste au Burkina Faso, le pays a fait face à des défis sécuritaires complexes qui ont bouleversé la vie quotidienne de ses citoyens.

Dans cette lutte cruciale contre le terrorisme, il est primordial de souligner la nécessité de respecter les droits de l’Homme.

Le Burkina Faso peut non seulement combattre avec détermination cette menace, mais aussi préserver ses valeurs fondamentales et renforcer sa résilience en faisant de ces droits un pilier central de sa stratégie antiterroriste. En agissant ainsi notre pays :

Renforce la Légitimité et la Confiance :

En adoptant une approche qui respecte les droits de l’Homme, le gouvernement burkinabé envoie un message clair à sa population : la sécurité nationale ne doit pas être obtenue au détriment des droits et des libertés individuelles.

Cette démarche favorise une relation de confiance entre les autorités et les citoyens, permettant une collaboration plus étroite dans la lutte contre le terrorisme.

Une population qui se sent protégée et respectée est plus encline à soutenir les efforts de sécurité nationale.

Prévient la Radicalisation :

Le respect des droits humains est une boussole dans la mise en œuvre de politiques antiterroristes efficaces. En évitant des mesures répressives excessives, le Burkina Faso peut prévenir la marginalisation et la radicalisation de certaines couches de sa population.

Les droits de l’Homme agissent comme une digue contre le courant de la radicalisation en réduisant les ressentiments qui pourraient alimenter les groupes extrémistes.

Promeut la Stabilité Sociale :

Les violations des droits de l’homme peuvent générer des tensions et des divisions au sein de la société. En s’efforçant de respecter ces droits, le Burkina Faso peut contrer la fragmentation sociale et maintenir un tissu communautaire solide.

Cela crée un environnement propice à la coopération, au dialogue et à la construction d’une unité nationale robuste face à la menace terroriste.

Leadership Moral et Image Internationale :

En plaçant les droits de l’Homme au cœur de sa lutte antiterroriste, le Burkina Faso démontre un leadership moral qui renforce son image sur la scène internationale.

Les actions d’un pays dans le contexte de la sécurité sont scrutées à l’échelle mondiale, et en adoptant une approche respectueuse des droits, le Burkina Faso peut gagner le respect et le soutien de la communauté internationale.

En définitive, le respect des droits humains dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso n’est pas seulement souhaitable, il est essentiel.

Cette approche contribue à renforcer la confiance, prévenir la radicalisation, promouvoir la stabilité et consolider la position du pays sur la scène internationale.

En intégrant ces valeurs fondamentales dans sa stratégie antiterroriste, le Burkina Faso peut non seulement vaincre le terrorisme, mais aussi ériger des fondations solides pour un avenir pacifique et prospère pour tous ses citoyens. »

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...

Ouahigouya : supposé massacre de 170 personnes, le procureur ouvre une enquête

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord du Burkina Faso, dit diligenter...
spot_img

Autres articles

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...

Ouahigouya : supposé massacre de 170 personnes, le procureur ouvre une enquête

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord du Burkina Faso, dit diligenter...