spot_img

Burkina Faso : Les restes de Thomas Sankara réinhumés sur le lieu de son assassinat 

Publié le : 

Publié le : 

Les restes du capitaine Thomas Sankara et de ses douze compagnons ont été ré-inhumés au Conseil de l’Entente à Ouagadougou. C’était en présence du Premier ministre M. Apollinaire Kyelem, du ministre de la Communication, M. Jean-Emmanuel Ouédraogo et du président de l’Assemblée Législative de Transition, le Dr Ousmane Bougouma.

Par Elza Nongana

Comme annoncée, les restes du président Thomas Sankara et de ses douze compagnons reposent désormais dans l’enceinte du Conseil de l’Entente de Ouagadougou érigé en Mémorial Thomas Sankara. C’est sur ce même lieu qu’ils ont été tués le 15 octobre 1987.

réinhumation restes Thomas Sankara
Le premier ministre Apollinaire Kyelem assis au milieu

Les victimes ont rejoint à nouveau la terre, et ce dans la sobriété, 36 ans après leur assassinat.

A l’enterrement des restes du père de la révolution burkinabè, le capitaine Thomas Sankara et de ses compagnons, seulement quelques membres des familles des victimes ont pris part à la cérémonie à titre individuel. C’est le cas, par exemple de M. Valentin Sankara, l’un des frères de Thomas Sankara.

réinhumation restes Thomas Sankara
Quelques membres de la famille Sankara

On a ainsi noté l’absence effective de certains proches des victimes, comme annoncée du reste depuis plusieurs jours.

Il s’agit de la famille du capitaine Thomas Sankara (Mariam Sankara, la veuve et les deux enfants orphelins), de Céline Bamouni, la fille de Paulin Babou Bamouni, de Aïda Kiemdé, fille de Frédéric Kiemdé.

En effet, le 22 février 2023, les familles des ayants droits avaient indiqué qu’elles n’allaient pas assister aux obsèques.
Elles avaient dénoncé, devant la presse, l’organisation de cette cérémonie ainsi que le choix du lieu.

La ré-inhumation des restes du capitaine Thomas Sankara et de ses douze compagnons a fait l’objet de discorde entre le gouvernement et les familles.

Les deux parties ne sont pas arrivées à trouver un consensus sur le lieu et la date. Pour les familles, les restes devraient être ré-inhumés ailleurs et non au Conseil de l’Entente.

La famille Sankara, quant à elle, avait demandé un délai de trois (3) mois au gouvernement afin de réunir tous les membres pour la cérémonie et proposer un autre lieu. Une demande qui n’a pas été approuvée.

Le 27 janvier 2023, la famille Sankara marquait son souhait de voir les restes du capitaine Thomas Sankara ré-inhumés dans un autre lieu.

Le 16 février 2023, la famille a demandé la grâce présidentielle pour que les restes du Président Thomas Sankara ne soient pas ré-inhumés au Conseil de l’Entente.

Le gouvernement burkinabè, dans un communiqué en date du 3 février 2023, à son tour, déclarait avoir un avis favorable des responsables coutumiers pour le lieu et la date déjà choisis.

Suite à ce communiqué, la famille Sankara, le 5 février 2023, avait indiqué qu’elle ne participerait pas à l’organisation des cérémonies et ne serait pas présente aux réinhumations.

C’est enfin un communiqué du 17 février 2023 du gouvernement qui est venu mettre fin aux discussions indiquant que la ré-inhumation des victimes du 15 octobre 1987 se fera ce 23 février au Conseil de l’Entente. Ce qui a été fait.

Lire aussi: Burkina Faso : les restes de Sankara et ses compagnons seront réinhumés le 23 février au Mémorial Thomas Sankara

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Burkina/Rapports droits humains : «tenir compte du contexte du pays», Me Halidou Ouédraogo

Le président de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), ancien président du Mouvement burkinabè des droits...

Administration du territoire: vers une stratégie de délimitation des entités administratives

Le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) envisage la délimitation des entités administratives territoriales. Ce projet est porté...

Centre-Sud: la direction régionale des Douanes fait don de matériels à plusieurs services

La direction régionale des Douanes du Centre-sud a fait don de plusieurs matériels aux forces combattantes et l'administration publique de la région le jeudi...
spot_img

Autres articles

Burkina 2025: Les citoyens réclament un État assurant la défense de leurs intérêts

À l’horizon 2025, sur le plan politique, les Burkinabè veulent un Etat assurant l’éducation et la santé, la défense des droits et des intérêts...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Football: le Bayer Leverkusen d’Edmond Tapsoba remporte la coupe d’Allemagne

Le Bayer Leverkusen a remporté ce samedi 25 mai 2024, la coupe d'Allemagne pour la deuxième fois de son histoire après 1993. Le Bayer...