spot_img

Sié Offi SOME, responsable scout : plus de 50 ans d’animation de la jeunesse reconnus par la Nation

Publié le : 

Publié le : 

Sié Offi Somé, journaliste et responsable scout depuis une quarantaine d’années, a été élevé au rang de Chevalier de l’Ordre du Mérite du ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Emploi avec agrafe Jeunesse. C’était le jeudi 21 décembre 2023 au Palais des Sports de Ouaga 2000, à l’occasion de la commémoration du 63eme anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. Retour sur le parcours d’un de nos collaborateurs à Libreinfo.net. Journaliste féru de scoutisme depuis son adolescence, découvrez l’itinéraire de l’animateur de jeunesse retracé ci-dessous.

Sié Offi SOME, 68 ans le 31 décembre prochain, a découvert le mouvement scout à la fin des années 1960, en 1969 exactement, à la troupe scoute de l’église Notre Dame de Kologh Naba, à Ouagadougou.

C’est à 16 ans, qu’il s’engage dans le scoutisme. Le scoutisme est mouvement d’éducation d’enfants, d’adolescents et jeunes sans discrimination aucune. Par la promesse scoute prononcée le 11 avril 1971, au cours de son premier camp national, à Takalédougou, non loin de Toussiana, dans la région de Banfora.

Depuis cette date, le jeune scout Somé aura une progression personnelle régulière dans le scoutisme, ce premier mouvement de jeunesse mondial, créé en 1907 par le Britannique Lord Baden Powell et introduit au Burkina dans les années 1940.

Le jeune scout Somé deviendra, au fil de sa progression personnelle, de 1970 à 1980, successivement chef de patrouille, un regroupement de 5 à 8 gosses de même classe d’âge, chef de troupe (Ensemble de 3 à 4 patrouilles), chef de zone (Entre 5 et 10 troupes de plusieurs quartiers limitrophes), membre de l’équipe régionale de Ouagadougou et enfin membre de l’équipe nationale de l’Association des Scouts du Burkina Faso.

Au gré des activités scoutes de découverte, de formation et d’actions de développement, l’adolescent d’une quinzaine d’années découvrira, à pied, à bicyclette ou en voiture, des localités proches de la capitale Ouagadougou :  Zagtouli, Koubri, Pabré, Siglé Boukou, Salbisgo ; et bien plus tard, plusieurs villes du Burkina comme Koudougou, Bobo-Dioulasso, Banfora, Dédougou ; et au-delà du Burkina, des pays comme le Bénin, le Sénégal, le Togo et l’Italie.

Les responsabilités croissantes du jeune scout

En fonction de ses prises de responsabilités croissantes dans la vie de l’Association des Scouts du Burkina, le jeune Somé occupera des fonctions diverses. Il sera animateur depuis l’unité de base du scoutisme qu’est la patrouille jusqu’au niveau national, en passant par la troupe, le district et la région.

Ainsi, de 1971 à 1973, il animera la patrouille libre Martin Luther King du camp militaire Sangoulé Lamizana de Gounghin avant de créer, en 1973, la troupe du collège privé Ste Andréa de Gounghin.

De 1974 à 1976, le jeune Somé intègre l’équipe du district scout de Ouagadougou en qualité de chef de la Zone C qui regroupait alors des unités scoutes du Prytanée Militaire du Kadiogo, de la patrouille libre des jeunes du quartier Larlé, de la troupe de l’ex-Centre Austro-Voltaïque et de la troupe du collège Ste Andréa, toutes deux à Gounghin.

C’est à cette période, au début des années 70, que l’Association des Scouts lancent l’« Opération Tapis Vert », une série de camps de reboisement à Zagtouli, non loin de Ouagadougou, 25 km.

Des centaines de scouts participaient ainsi, chaque année, au projet d’une ceinture verte autour de la capitale du pays ; ce faisant, ils contribuaient ainsi aux efforts de lutte contre la sécheresse qui frappait les Etats du Sahel aux débuts des années 70.

Le chef Somé sera dans ces camps chantiers successifs, d’abord avec sa patrouille, puis sa troupe et enfin comme chef de sous-camp et enfin membre de l’équipe nationale d’animation.

Il aura ensuite à diriger, bien des années plus tard, en 1983, en qualité de premier responsable cette fois, un camp chantier de reboisement. Cette activité est organisée en collaboration avec l’ancienne Autorité des Aménagements des Vallées des Voltas (AVV), dans la région de Manga, à Kaïbo.

Les Réformes du scoutisme sont lancées également au début des années 70 par le Bureau national de l’époque dirigé dès 1968, par le chef Antoine Kaya Somé, enseignant qui remplaçait ainsi Gaston Ouédraogo, le premier dirigeant national des scouts de la Haute-Volta indépendante.

Avec d’autres responsables scouts du pays, le jeune Somé va contribuer à l’émergence d’un scoutisme plus adapté aux réalités nationales et africaines. Ce vaste mouvement de Réformes, est piloté par le chef Mélégué Traoré, alors étudiant, membre d’un bureau national orienté vers une association plus endogène.

Ces réformes vont culminer, en décembre 1971, à Koudougou, avec la tenue d’une Conférence nationale qui adoptera de nouveaux textes fondamentaux de l’Association des Scouts.

La nouvelle vision est enracinée dans un environnement socio-culturel burkinabè et dans une orientation des activités vers davantage de participation des jeunes au développement de leur pays (reboisement, lutte contre l’érosion,…). La promotion d’un scoutisme rural pour les non scolarisés est une innovation à succès de ce scoutisme adapté au contexte socio-culturel du pays.

L’association portera à sa tête le chef Mélégué Traoré, alors étudiant avant de travailler comme diplomate. M. Traoré la dirigera pendant plus d’une dizaine d’années avant de passer le témoin au chef Sané Mohamed Topan, décédé récemment le 20 novembre 2023. Il était un promotionnaire de camp et un ami de M. Somé qui avait fait sa connaissance lors d’un camp de formation en 1971.

Un engagement de plus de 40 ans au service de la jeunesse

D’octobre 1976 à octobre 1979, le jeune Somé est au Sénégal pour ses études universitaires. Mais avant, en juillet 1976, il avait pris part à Ouagadougou, à un atelier national de formation de chefs d’unités.  A l’issue d’un stage théorique suivi de pratique, il obtient la Badge de bois, signe distinctif des animateurs d’unités scoutes d’adolescents à travers le monde.

Il poursuivra ses activités scoutes au Sénégal en co-animant, en qualité d’assistant, une meute, groupe d’une trentaine d’enfants de 6 à 12 ans répartis en sizaines.

Somé réussira, en outre, au niveau de la ville universitaire qu’est Dakar, à regrouper des scouts burkinabè devenus étudiants. A son initiative, ceux-ci garderont des relations avec le scoutisme national. Ainsi, ils contribueront, financièrement, étant hors du pays, à la tenue, en 1978, du premier rassemblement national scout dénommé le « Kokoroé ».

A la fin de ses études en journalisme en 1979, le jeune diplômé Somé retrouve son association scoute d’origine, mais cette fois au niveau national. En effet, il est coopté au Bureau national en qualité de commissaire national à la Communication et aux Relations internationales.

Il fait également partie du bureau de la Fédération du scoutisme, instance scoute nationale reconnue à l’international. Cette Fédération regroupait à l’époque l’Association des Eclaireurs et Eclaireuses et l’Association des Scouts.

Le chef Somé participera à de nombreuses activités au niveau international : séminaire international sur le programme scout à Lomé, au Togo, en 1980 ; atelier international sur la santé de la reproduction chez les jeunes, organisé par l’UNICEF à Kpalimé, au Togo, en 1981 ; 28ème conférence mondiale du scoutisme en 1981, à Dakar ; camp chantier international de construction d’une maison des jeunes à Grand Popo, au Bénin.

De 1984 à 1992, il est de nouveau au Sénégal, cette fois comme fonctionnaire international au sein de Enda Tiers monde (Environnement et développement du tiers monde), une organisation non gouvernementale internationale. Il y reprend, à ses temps libres, des activités scoutes en s’engageant, durant tout son séjour, dans l’équipe Info-Presse de l’Association nationale des Scouts du Sénégal.

A son retour au pays, en février 1993, il retrouve un mouvement scout en longue léthargie. Avec des chefs scouts, il va s’attacher à relancer l’Association des Scouts du Burkina Faso. C’est ainsi qu’il créé, en 2003, le « Diéklou Renaissance » qui regroupera les bonnes volontés désireuses de voir le scoutisme retrouver sa vigueur d’antan.

Les efforts des uns et des autres aboutiront, toujours à l’initiative du chef Somé, à la création en 2004, à Bobo-Dioulasso, d’un Réseau National des Scouts et Guides Adultes du Burkina (RENASAB) avec Dr Dominique Sourabié comme premier Président.

De membre fondateur du RENASAB, M. Somé en deviendra le deuxième Président statutaire jusqu’en 2015. C’est sous son leadership que le RENASAB va adhérer, d’abord à la Région Afrique de l’AISG (Amitié, Internationale Scoute et Guide) lors d’une rencontre sous-régionale tenue en 2010, au Bénin ; puis, l’année suivante, en août 2011, à Côme, en Italie, lors de la 26ème Conférence mondiale de l’AISG.

M. Somé a représenté le RENASAB dans ces deux instances importantes de l’AISG dont l’association burkinabè est désormais membre à part entière depuis reconnaissance officielle de membre en 2011.

En août 2011, l’Association unifié des Scouts du Burkina organisait la « Première Nuit du scoutisme burkinabè » à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre d’alors, M. Luc Adolphe Tiao, chef scout et promotionnaire de camp de M. Somé.

M. Somé, en sa qualité de journaliste à partir de 1980, à travers des articles de presse au plan national et international, a assuré la visibilité des activités du scoutisme au Burkina pendant plus d’une quarantaine d’années.

Il a participé notamment à l’animation du bulletin d’information des scouts au Burkina comme « JURU» dans les années 80 et de La Voix du RENASAB dans les années 2000. Il a contribué également à la création et à l’animation d’un site Internet des Scouts.

www.libreinfo.net 

 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...
spot_img

Autres articles

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...