spot_img

Burkina : affaire charbon fin, les propositions de l’État au REN-LAC 

Publié le : 

Publié le : 

Avant la signature de l’accord transactionnel de 9 milliards de francs CFA entre l’État burkinabè et la société minière IAMGOLD Essakane SA, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) explique qu’il a été approché par l’État qui lui a fait des propositions.

Par Nicolas Bazié

L’État burkinabè a approché le REN-LAC pour lui faire part de sa décision prise, à l’effet de mettre fin au procès charbon fin. Cela, avec une transaction de 9 milliards de francs CFA. C’est le secrétaire exécutif du Réseau national de lutte anti-corruption, Sagado Nacanabo qui l’affirme.

Il déclare, en effet, que : «Ils nous ont dit qu’ils ont pesé le pour et le contre et que leur choix, c’est de défendre les intérêts du Burkina Faso. Nous avons voulu mieux comprendre mais il y avait une sorte de langue de bois. Cela fait que nous demeurons sur notre soif de vérité ». 

«L’Etat nous a fait une proposition claire, celle de participer au traitement de la cargaison saisie et contenant le charbon fin», poursuit-il, avant d’indiquer que le REN-LAC ne participerait pas à cette opération.

« Nous n’avons pas encore répondu à cette demande mais, probablement, nous n’allons pas accéder à cela parce que nous sommes déçus. Je ne sais pas s’il faut qu’on continue dans cette affaire que nous avons qualifiée de sombre», soutient le secrétaire exécutif.

Pour le REN-LAC, il fallait laisser le procès continuer afin de savoir s’il y a eu fraude de l’or ou pas. « Si vous avez remarqué, la question de la transaction est venue brusquement comme un contrepied au Football. Nous avons été surpris qu’en ce moment précis du procès où les débats étaient devenus intéressants et que les révélations se faisaient, on décide de tout arrêter pour un arrangement à l’amiable», se désole M. Nacanabo.

Sauf que la loi n° 028-2017/AN portant organisation de la commercialisation de l’or et des autres substances précieuses au Burkina Faso, dispose à son article 58 alinéa 1 que, « pour le règlement de toute affaire d’or ou toute autre substance précieuse dont la Brigade nationale anti-fraude de l’or est saisie, l’administration peut accorder au contrevenant le bénéfice de la transaction».

L’alinéa 2 prévoit que « la transaction peut intervenir avant ou après jugement définitif». Qu’à cela ne tienne, Sagado Nacanabo estime qu’on a manqué l’occasion de «poser les bases, pour qu’à l’avenir, ces genres d’actions ne se reproduisent plus». 

À l’écouter, « il y a un paragraphe ou un article qui dit que Essakane SA aurait reconnu sa faute (…) Mais ça, c’est dans le rapport. Nous, nous n’avons jamais vu Essakane SA produire une déclaration pour se confesser». 

« Nous avons perdu la mise en garde, la lumière. Il fallait dire à ces sociétés minières qu’il faudra qu’elles arrêtent de porter atteinte aux intérêts du Burkina Faso. On a manqué la pédagogie qui allait permettre à ces gens de respecter le Burkina parce que le sous-sol appartient au Burkina Faso », renchérit M. Nacanabo.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...

Ouahigouya : supposé massacre de 170 personnes, le procureur ouvre une enquête

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord du Burkina Faso, dit diligenter...
spot_img

Autres articles

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...

Ouahigouya : supposé massacre de 170 personnes, le procureur ouvre une enquête

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord du Burkina Faso, dit diligenter...