spot_img
spot_img

[Tribune] La parole du chef : Le ver dans le fruit ?

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est une tribune de Innocent Cheick Bahan parvenue à la redaction de Libreinfo.net

La succession de certains évènements dans la gestion du pouvoir au plus haut sommet de notre pays doit nous interpeller. Si tant est que nous nous sentons concerner par la *RES Publica*, comme le dit le proverbe chacun doit mettre son pied dans le plat lorsqu’on danse le « warba » familial.

Il ne faut pas se taire, plus que jamais il faut élever la voix et aider le soldat IB car les sorties ratées se multiplient et cela n’est bon pour personne. Il n’y aura pas d’échec d’un régime ou d’un individu, c’est le Burkina Faso qui sortira toujours grand perdant.

La trajectoire prise par le capitaine Ibrahim Traore ne plait pas a beaucoup de personnes et cela est un secret de polichinelle, car beaucoup ont perdu leurs avantages. Ces personnes sont aussi bien des burkinabè à l’intérieur du pays comme hors du pays.

Il y a également des non nationaux en plus des implications géostratégiques et géopolitiques. D’où que l’on peut dire sans hésiter O Dieu que nos ennemis sont si nombreux. Le président IB est très jeune mais porte sur ses frêles épaules, la destinée de toute une nation, dans une période des plus difficiles de l’histoire de notre pays.

Lorsqu’on décide de bousculer un ordre préétabli, on doit bien s’enraciner car le changement est très douloureux. Même s’il est nécessaire et est très souvent incompris en son temps, le moment de la compréhension ne se passe pas toujours du vivant de son initiateur.

Il est facile pour de nombreux jeunes aujourd’hui de se dire Sankariste ou héritier de Sankara sans avoir vécu la période du Conseil National de la Revolution. Le capitaine Ibrahim Traoré est présenté comme un héritier de thomas Sankara. On est tous d’accord qu’il n’existe pas d’école pour apprendre à être président.

C’est pourquoi quel que soit la manière par laquelle celui-ci arrive au pouvoir, il commence toujours par commettre des erreurs. Certains arrivent à se corriger et se rattraper, malheureusement d’autres n’auront pas cette chance.

Le capitaine Ibrahim Traore n’aura malheureusement pas cette magnanimité par ce qu’il se trouve au beau milieu de tant d’adversité et même d’inimitiés très acerbes. Le seul rempart et protection est son alignement avec les aspirations du peuple avec qui, il est jusque-là en communion avec une grande partie.

Hélas le peuple est ingrat, et c’est ainsi depuis toujours et il en sera toujours ainsi. Aidons notre président à ne pas créer lui-même des erreurs voire des fautes dont on pourrait tout simplement s’en passer.

La parole du chef doit être rare

Dans la plupart des sociétés africaines, le chef en parlant n’élève pas la voix mais murmure aux oreilles d’un porte-parole. Cela permet de dire que c’est ce dernier qui a fait une mauvaise transmission en cas d’erreur. Ainsi donc le chef ne se trompe jamais, surtout en matière de parole publique.

Sur plusieurs dossiers et sujets, le président de la transition a commis beaucoup de fautes, aidons-le à nous aider.

D’abord cette affaire récente de la guérisseuse dite adja de Komsilga, la prise de parole du président de la transition fut plus ratée. On n’a pas entendu des explications du porte-parole du gouvernement, ni du ministre de la Justice, ni celui de la sécurité, ni celui de la défense, ni même du procureur du Faso.

Il a fallu que ce soit le capitaine IB lui-même qui parle de cette affaire à Po, et cela de la pire des manières. Car l’attitude de ceux qui ont envahi le palais de justice et enlever Adja ne peut être toléré dans une république. Bizarrement le chef de l’Etat a jeté plutôt le discrédit sur les magistrats et la justice qui n’ont fait que suivre la procédure.

Il n’existe pas de code de procédure a la tête des justiciables. La réforme du conseil Supérieur de la Magistrature (CMS)qui s’en suivra est une bien triste décision, que viennent chercher des non magistrats dans le CSM ? C’est comme mettre des non médecins dans l’ordre des médecins. Est-ce qu’il y a des civils quand la haute hiérarchie militaire se rencontre ?

Ensuite les déclarations répétées sur les journalistes traités d’apatrides, tout en sanctionnant certains même lorsque le Conseil Supérieur de la communication( CSC) estimait qu’il n’y avait aucune faute professionnelle .Il est vrai qu’on a des journalistes politiciens connus et d’autres cachés ,il faut les identifier et les prendre sur les faits sans généraliser .La réforme du CSC est la pire des injures que l’on puisse faire a cet héritage de Norbert Zongo et c’est un recule que même Blaise Compaoré n’aurait pas  osé imaginer.

Aussi les syndicats en ont-ils pris pour leur compte, à travers la CGTB et l’UAS que Bassolma Bazie a contribué à radicaliser soit dite en passant. Alors que les travailleurs dans leur grande majorité soutiennent tous les efforts demandés et se démarquent des élans politiciens de certains leaders syndicaux se disant rouges.

Enfin cette dernière sortie du 08 Mars sur le comportement de certains agents des impôts fut à mon humble avis totalement ratée. Ce n’est pas au président de parler ainsi, que le ministre fasse juste une circulaire disant qu’il faut passer au manuel en cas de coupure d’internet.

S ‘il y a des agents qui sabotent le travail qu’on fasse des enquêtes et les sanctionnent, on applaudira tous. Les agents trésor et des impôts sont des VDP des finances dans le recouvrement de l’effort de guerre dont le pays a besoin. Il ne faudra pas décourager les honnêtes travailleurs.

A cette allure a qui le tour ?

Entre nous, donc seuls les militaires semblent irréprochables dans cette situation. Alors qu’une loi de programmation militaire avait été votée sous Roch Marc Christian Kabore, avec des centaines de milliards.

A l’arrivée, on nous parle de cent kalachnikovs en stock. Il n’a pas d’argent, ni d’armes ni de responsables jusqu’à présent. Alors si l’on parle au chien il faut dire deux mots à l’os, car ce qu’il y a chez les peulhs, c’est ce qu’il y a chez les mossis. Car pendant ce temps des jeunes insultent et menacent de mort d’autres burkinabè en se disant soutient de IB et rien ne se passe. Au contraire on dit que c’est cela la jeunesse consciente.

Est-ce que parmi ceux qui murmurent à l’oreille du président il n’y aurait pas ses ennemis ? Car la trahison vient toujours des amis. Il n’y a pas pire ennemi que l’ami qui vous encourage dans l’erreur. Les amis de Blaise Compaoré l’ont traité de diable lorsqu’il a perdu le pouvoir.

Monsieur le président, faites de vos prises de parole des moments de solennités

Vive le Burkina Faso

Lire aussi: Tribune, transport routier au Burkina Faso, l’interminable recréation

Bahan Cheick

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina: Djourmité Nestor Noufé nommé Directeur général du Programme national de volontariat

Djourmité Nestor Noufé a été nommé jeudi en conseil des ministres, Directeur général du Programme national de volontariat au Burkina Faso (PNVB). Il a...

Fête de la musique : Au-delà des cymbales et des plaidoyers

Youpi, c’est la fête de la musique ! Une manifestation qui réunit, le 21 juin de chaque année, artistes-musiciens et mélomanes de tous horizons,...

Burkina : l’économie pourrait connaître une croissance projetée de 6,0% en 2025

Le conseil des ministres du 20 juin 2024 a adopté un rapport relatif à un projet de Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle...

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 20 juin 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 20 juin 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 15 H...

Burkina/Média: l’émission 7 infos de la télé BF1 suspendue pour 2 semaines

Au Burkina Faso, le Conseil supérieur de la communication (CSC) aurait suspendu l'émission 7 Infos de la télévision privée BF1 pour une durée de...
spot_img

Autres articles

Burkina: Djourmité Nestor Noufé nommé Directeur général du Programme national de volontariat

Djourmité Nestor Noufé a été nommé jeudi en conseil des ministres, Directeur général du Programme national de volontariat au Burkina Faso (PNVB). Il a...

Fête de la musique : Au-delà des cymbales et des plaidoyers

Youpi, c’est la fête de la musique ! Une manifestation qui réunit, le 21 juin de chaque année, artistes-musiciens et mélomanes de tous horizons,...

Burkina : l’économie pourrait connaître une croissance projetée de 6,0% en 2025

Le conseil des ministres du 20 juin 2024 a adopté un rapport relatif à un projet de Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle...

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 20 juin 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 20 juin 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 15 H...

Burkina/Média: l’émission 7 infos de la télé BF1 suspendue pour 2 semaines

Au Burkina Faso, le Conseil supérieur de la communication (CSC) aurait suspendu l'émission 7 Infos de la télévision privée BF1 pour une durée de...