Home Sécurité Burkina Faso : insécurité, « nous constatons que les choses bougent sur...

Burkina Faso : insécurité, « nous constatons que les choses bougent sur le terrain», Émir du Liptako

0
Émir du Liptako
Émir du Liptako au milieu prenant la parole au nom des leadeurs religieux et coutumiers

Après une rencontre avec le premier ministre Albert Ouédraogo sur l’actualisation du Chronogramme de la transition, ce 26 août 2022, à Ouagadougou, les leaders religieux et coutumiers se sont dit satisfaits des échanges sur la question des élections. Cependant, l’Émir du Liptako a profité saluer les actions qui sont menées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Par Nicolas Bazié

Sur le terrain des opérations, entrant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, il est à noter  que les choses vont bon train. C’est en substance ce que l’Émir du Liptako a indiqué, ce 26 août, après une rencontre du chef du gouvernement Albert Ouédraogo, avec les leaders religieux et coutumiers.

Selon lui, c’est bien d’organiser des élections mais, l’on doit beaucoup mettre l’accent sur la paix dans le pays. « Nous sommes pour la paix et la sécurité du pays. Nous voulons que les citoyens vivent en paix, c’est tout ce que nous recherchons», soutient-il.

Cette paix, l’Émir du Liptako semble commencer à la sentir venir à petit feu. Il dit donc confirmer que quelque chose est fait sur le terrain. « Pour être honnêtes, nous constatons que les choses bougent sur le terrain», a déclaré l’Émir, à sa sortie d’audience à la primature.

Du côté des acteurs du monde rural, le voeu est la stabilité du pays, éprouvé depuis plusieurs années par le phénomène du terrorisme. « La priorité pour nous acteurs du monde rural c’est la sécurité alimentaire, le retour des déplacés internes dans leurs localités. Il faut cela avant de parler d’élections. La sécurisation de nos terres est essentielle», a laissé entendre Alexandre Kabré, conseiller à la chambre nationale d’agriculture.

Émir du Liptako
Alexandre Kabré, conseiller à la chambre nationale d’agriculture, porte-parole des acteurs du monde rural

Terrorisé depuis plusieurs années

Il confie néanmoins que le gouvernement a promis de prendre en compte leurs préoccupations, ce qui est à saluer.

Cela fait sept ans maintenant que le Burkina Faso est terrorisé par des groupes armés terroristes. Cela a été la conséquence de l’avènement en janvier 2022, du coup d’État contre le régime de Roch Kaboré, orchestré par le lieutenant-colonel Paul Henri Damiba.

Le Chef du gouvernement lors d’un entretien à la télévision, avait décliné, sur la base des informations des services de renseignements, les profils des terroristes qui endeuillent le pays.

Selon lui, il y a entre autres : le profil religieux, c’est-à-dire les extrémistes violents; le profil défenseur, notamment ceux qui auraient été victime des exactions contre leur communauté ; le profil suiveur qui concerne ceux qui se sont engagés par mimétisme; le profil opportuniste par exemple les grands bandits ; et le profil de la victime, ceux qui sont contraints de s’engager dans le terrorisme de force.

Lire aussi: Terrorisme : le Burkina Faso et le Niger entendent multiplier les opérations conjointes sur le terrain de combat

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
8 + 29 =