spot_img

Situation cruciale à Kongoussi : les deux sorties complètement ratées du président du Faso et de son premier ministre

Publié le : 

Publié le : 

Le président du Faso et son premier ministre ont raté l’occasion, la semaine dernière, de se montrer encore plus proches de leurs compatriotes en situation de détresse. Pour les terroristes, la province du Bam est devenue un objectif et Kongoussi, sa capitale, concentre aujourd’hui toute la détresse et la misères des populations qui fuient le terrorisme : Des milliers de déplacés, des centaines de sans-abris, des dizaines de morts. Voila la réalité que le monde entier a pu voir depuis le Week end du 28 septembre dans cette partie du Burkina.

On n’a pas besoin d’être un fin politicien ou à la charge d’importantes responsabilités pour savoir que la situation est plus que préoccupante et commande des actes forts de la part de nos autorités envers les populations désemparées.

Il y a l’urgence sociale mais aussi l’urgence de restaurer la sécurité et la confiance entre les populations d’une part et entre les populations et les autorités d’autre part.Malheureusement, cela semble être le dernier souci de nos hommes au pouvoir.

Quelques jours après un énième drame dans cette région, qui a fait une vingtaine de victimes et provoqué encore des milliers de déplacés à Kongoussi, le premier ministre répondait, le jeudi 3 octobre, à l’invitation d’un forum à Bruxelles. Le promoteur de ce forum n’est autre qu’un conseiller spécial du président du Faso. Dans ce contexte de crise sécuritaire et sociale, son voyage devrait être à Kongoussi.

Le Premier ministre Christophe Dabire a préféré aller honorer l’invitation d’un évènement purement privé. Dans ce voyage, il était accompagné de plusieurs autres ministres au moment où ailleurs on se préoccuperait d’installer un comité de crise et tiendrait des réunions de cabinet en vue de répondre au péril qui gagne du terrain.

Le jour où le Premier ministre était à Bruxelles, le Président du Faso, président du G5 sahel, a lui, choisi d’aller à Pouytenga pour le lancement des travaux de bitumage de la route Sapaga Kalwartenga.

L’on se pose la question de savoir si ce déplacement pour le lancement du bitumage de la route de 20 kilomètres n’était pas une campagne présidentielle déguisée. Evidemment ! Chers messieurs, réveillez-vous pendant qu’il est temps !

On l’avait déjà remarqué avec le chef de l’Etat lors de l’attaque de Yirgou du 1er au 2 janvier 2019 qui a causé 49 morts officiellement et 210 selon le collectif contre l’impunité et la stigmatisation.Il a fallu plusieurs jours après le drame pour que le président Kaboré se rende sur place.Aujourd’hui encore, on attend toute la lumière sur cette affaire.

Après l’attaque de Nassoumbou 16 décembre 2016 qui a fait douze morts, il s’y est rendu mais aucune décision prise ne semble arrêter les terroristes. Quant à l’attaque de Koutougou le 19 août 2019, qui a causé la mort de 24 soldats burkinabè, elle n’a pas empêché le patron comme l’appelle certains ministres de se rendre au sommet du G7 à Biarritz avec son épouse,alors qu’un deuil national de 72 heures était en cours; et qu’au camp Guillaume Ouédraogo à Ouagadougou, les soldats étaient en grogne par ce qu’ils venaient de perdre leurs compagnons dans des conditions qu’ils jugeaient inacceptables.

Même si pour le moment, nous n’avons pas les moyens financiers et matériels pour lutter contre le terrorisme, nos autorités, le Président en tête, doivent tout de même faire preuve de plus de compassion pour nos frères et sœurs.

Le Président du Faso doit aller plus au contact de ces personnes en détresse, les soutenir, être avec elles sur le terrain plutôt que de donner l’impression qu’il n’y a que l’échéance électorale de 2020 qui importe plus.

Nos compatriotes qui sont victimes du terrorisme n’ont pas choisi de rencontrer ces barbares sur leurs chemins.

La Rédaction
www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : compte rendu du conseil des ministres du 11 avril 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 11 avril 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 12 H...

Mali : Assimi Goïta suspend les activités politiques 

Le Président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a pris un décret qui «suspend jusqu'à nouvel ordre (...) les activités des partis politiques...

Togo: Les élections législatives et régionales repoussées au 29 avril 2024

Le gouvernement togolais a annoncé un nouveau calendrier pour les élections législatives et régionales. Elles auront lieu le 29 avril 2024. Par Prisca Konkobo  Initialement prévues...

Mali : élection présidentielle, «tout ce qui a été signé avec la CEDEAO est nul..», Choguel Maïga 

Organiser des élections au Mali pourrait attendre encore longtemps, parce que les autorités actuelles du pays semblent ne pas avoir ce processus démocratique dans...

Sénégal : décès de l’ancien premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne

L'ancien Premier ministre sénégalais Mahammed Boun Abdallah Dionne est décédé le vendredi 5 avril 2024 à Paris à l'âge de 64 ans. Il était...
spot_img

Autres articles

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...

Ouagadougou : le gouvernement annonce la construction d’une prison militaire

Le Conseil des ministres de ce 11 avril 2024 qui s'est tenu à Ouagadougou, a adopté un décret visant à créer un établissement pénitentiaire...