spot_img

Niger : libération de Salem Bazoum, fruit d’une médiation togolaise

Publié le : 

Publié le : 

La justice militaire nigérienne a accordé le 8 janvier 2024, une liberté provisoire à Salem Bazoum, fils de l’ancien président du Niger, Mohamed Bazoum. Une décision qui intervient au moment où le Togo s’illustre comme un médiateur  « crédible » dans le règlement du conflit entre les militaires au pouvoir et la CEDEAO.

Par Daouda Kiekieta

Le président du Togo Faure Gnassingbé continue d’imprimer son empreinte diplomatique dans la sous-région, grâce à ses médiations réussies. 

« Suite à la médiation de leurs Excellences Messieurs Faure Essozimna GNASSINGBÉ, Président de la République Togolaise, et Julius Maada Bio, Président de la Sierra Leone, médiateurs de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) auprès du Niger, Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane TIANI, Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), Chef de l’État du Niger a décidé, ce 08 janvier 2024, de la libération, à titre humanitaire, de Monsieur Salem Mohamed BAZOUM, fils de l’ancien Président Mohamed BAZOUM » se félicite le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, dans un communiqué publié le lundi 8 janvier 2024.

Salem Bazoum est « inculpé pour complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité ou à la sûreté de l’État » et était en résidence surveillée depuis le coup d’Etat du 26 juillet 2023.

Cette prouesse diplomatique du Togo est à mettre à l’actif du président Gnassingbé qui a opté pour une position équilibrée dans la crise opposant le Niger à la CEDEAO. En effet, malgré les sanctions économiques et financières de l’organisation sous-régionale contre le Niger, les frontières togolaises sont restées ouvertes évitant l’asphyxie totale de ce pays enclavé.

Salem Bazoum médiation togolaise
Le Général de Brigade Abdourahamane Tiani et son homologue togolais Faure Gnassingbé

Cette attitude a sans doute installé une relation de confiance entre les autorités nigériennes et togolaises. En décembre 2023, la CEDEAO a désigné Faure Gnassingbé et deux autres chefs d’Etat, Julius Maada Bio de la Sierra Leone et Patrice Talon du Bénin comme médiateurs pour une sortie de crise au Niger.

Bien avant cela, le général Abdourahamane Tiani accompagné de plusieurs de ses ministres avait effectué une visite au Togo où ils ont demandé au président togolais de jouer un rôle de médiateur.

« Nous n’avons jamais fermé notre pays à nos amis (…) Le Niger reste ouvert, même si des dispositions ont été prises pour que nous ne puissions plus parler avec eux », avait déclaré le ministre nigérien de la défense, le général Salifou Mody après sa rencontre avec le président Gnassingbé le 6 novembre 2023.

« Nous avons demandé au président de la République du Togo d’être un médiateur, de faciliter ce dialogue avec nos divers partenaires », avait-il ajouté.

Cette première médiation réussie de Faure Gnassingbé dans le dossier nigérien pourrait augurer un prochain allègement des sanctions prises contre le Niger. La libération prochaine du président déchu Mohamed Bazoum est également attendue dans le cadre de ces négociations.

Déjà, le Togo offre l’exil à Salem Bazoum qui doit rester disponible pour la justice nigérienne conformément à la note de mise en liberté provisoire.

Faure Gnassingbé, médiateur clé de la région

Au fil des années, le Togo s’est érigé en pays de confiance des militaires qui ont pris le pouvoir par les armes en Afrique de l’Ouest, notamment au Mali et au Burkina Faso.

Suite à l’arrestation des 49 militaires ivoiriens à Bamako le 10 juillet 2022, l’intervention de Lomé a pesé lourd dans la résolution à l’amiable du conflit qui avait opposé le Mali et la Côte d’Ivoire pendant 6 mois.

Pourtant, d’autres acteurs, à l’instar du président en exercice de la CEDEAO d’alors Umaro Sissoco Embalo ont tenté sans succès d’influer sur l’issue de ce dossier. 

Un ultimatum avait été donné à Bamako pour libérer les militaires au plus tard le 1er janvier 2023 sous peine de sanctions.

C’est finalement la médiation de Faure Gnassingbé qui a pris le dessus avec la grâce présidentielle pour ces militaires le 6 janvier 2023. 

« Le Gouvernement de la Transition renouvelle sa profonde reconnaissance au Président de la République Togolaise SE M. Faure Gnassingbé, pour ses efforts inlassables et son engagement constant pour le dialogue et la paix dans la région. », avait déclaré à cette date, le porte-parole du gouvernement malien, le colonel Abdoulaye Maïga.

Salem Bazoum médiation togolaise
Le président togolais Faure Gnassingbé et son homologue du Mali Assimi Goïta

En outre, le Togo semble être un pays de refuge pour des anciens chefs d’Etat. C’est le cas du président déchu du Burkina, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, renversé le 30 septembre 2023 par un coup d’Etat après huit mois de gestion du pouvoir. 

Grâce à la médiation des autorités coutumières et religieuses du Burkina, le lieutenant-colonel Damiba et ses tombeurs étaient parvenus à un règlement pacifique. 

Il se réfugie au Togo. « Paul-Henri Damiba se trouve dans le pays dans l’esprit de l’engagement du pays à la paix dans la sous-région», avait déclaré le ministre togolais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Akodah Ayewouadan.

www.libreinfo.net 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...
spot_img

Autres articles

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...