spot_img

Procès charbon fin : «il y a eu une fausse déclaration du régime douanier» selon un expert douanier

Publié le : 

Publié le : 

À la barre, ce 4 décembre 2023, au Tribunal de grande instance Ouaga I,  dans le procès du charbon fin, l’expert douanier a déclaré qu’«il a été vendu du charbon fin non traité» par Essakane à une société canadienne du nom de Glencore. 

Par Nicolas Bazié

Pour l’expert douanier, «il y a eu une fausse déclaration du régime douanier»  lors de l’exportation de charbon fin par la société minière IAMGOLD Essakane SA. La société, selon lui, n’aurait pas suivi les procédures en matière douanière.

« C’est lors des investigations que l’on a découvert que Essakane SA a conclu un contrat de vente de charbon fin avec la société Glencore», a dit l’expert douanier dans une présentation qu’il a faite ce jour.

 Pourtant, d’après lui, la déclaration en douane de Essakane SA indique qu’il s’agirait d’une exportation de charbon fin pour traitement. « Ce sont des documents qui n’ont pas été rendus publics» fait-il comprendre. 

Dans sa présentation, l’expert a également révélé que la société minière aurait prélevé des échantillons de 8 tonnes pour faire des analyses. Selon la directrice pays de Essakane SA, Blandine Kaboré, après analyse desdits échantillons, la société a relevé quelques données. 

Ces échantillons auraient été envoyés par la suite au Bureau burkinabè des Mines et de la géologie (BUMIGEB) qui aurait déclaré qu’il y a absence de valeurs. Selon l’exposé fait, une fois en douane, Essakane SA aurait présenté le rapport du BUMIGEB. 

L’exportation serait ainsi faite vers les États-Unis pour que les échantillons soient analysés. Au terme de l’analyse en terre américaine, l’expert douanier indique que les résultats seraient transférés au Canada. 

L’expert suggère à ce que l’on demande la « fiche technique de vérification des échantillons à partir du Burkina Faso; la facture exprimant le coût de la réalisation de l’opération d’expertise des échantillons aux USA; la preuve de règlement du laboratoire d’analyse des échantillons aux USA, etc»

Ce que le procureur a demandé. Le juge demande donc à la directrice pays Blandine Kaboré, si la société a les pièces réclamées. Mme Kaboré répond qu’elle peut vérifier à l’effet de les retrouver. 

La directrice poursuit en précisant que « les échantillons de 8 tonnes dont il est question sont d’analyse géologique». La fiche technique est disponible au niveau du BUMIGEB qui  aurait donné l’autorisation d’exportation des échantillons.

Le procureur cherche à savoir si Bolloré (qui est le transporteur, ndlr) a violé l’obligation de déclarer la marchandise en détail. « La déclaration de l’exactitude de la marchandise n’a pas été faite par Bolloré», a répondu l’expert douanier. L’audience est en cours au tribunal de grande instance Ouaga I. 

www.libreinfo.net

 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...
spot_img

Autres articles

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...