Accueil Politique Soro et Blé Goudé : une visite qui cache des ambitions...

[Analyse] Soro et Blé Goudé : une visite qui cache des ambitions politiques sous prétexte de réconciliation

Photo de la rencontre entre Guillaume Soro et Charles Blé Goudé le 24 novembre 2019 à la Haye
Photo de la rencontre entre Guillaume Soro et Charles Blé Goudé le 24 novembre 2019 à la Haye

Le dimanche 24 novembre 2019, Guillaume Soro est allé à la rencontre de Charles Blé Goudé jusqu’à sa prison à la Haye. Au-delà du symbole d’une fraternité et de réconciliation depuis les évènements de la crise post-électorale de 2010 qui les avaient séparé, il y’avait aussi en toile de fond un rapprochement politique évident pour les échéances de 2020. Comment peut-on analyser cette rencontre ? Quel message les jeunes politiciens envoient à la jeunesse ? comment cette rencontre peut redessiner la carte politique ivoirienne ?

Ce qui devait paraître normale en temps ordinaire a été qualifié de symbole fort.C’est la visite de Guillaume Soro à son ex compagnon de lutte estudiantine Charles Blé Goudé. Personne n’aurait imaginer une telle visite en mars 2013(son transfèrement à la Cour pénale internationale). Guillaume Soro devant les portes de la CPI à la Haye?Mais la politique a ses raisons qu’on ne peut sonder. Guillaume Soro a encore eu une longueur d’avance sur les autres acteurs politiques ivoiriens en allant à la CPI pour s’entretenir avec un ex compagnon en prison dont lui-même a été pour quelque chose dans son transfèrement. A défaut de jouer uniquement sur la carte politique, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne veut axer sa campagne sur la réconciliation. Ce qui profite naturellement aussi à Charles Blé Goudé. Ils sont nombreux ceux qui voulaient voir l’ex leader de la rébellion ivoirienne Guillaume Soro en prison à la Haye, mais avec cette visite, il montre à ses détracteurs qu’il n’est aucunement inquiété par quoi ou qui que ce soit.

Quel message à la jeunesse ?

Cette visite peut être aussi vue comme un message à la jeunesse. Il faudrait exclure toute animosité en politique, il faut bannir la violence et la haine car la vie ne s’arrête pas à la politique. Les deux sont tous des leaders charismatiques pour la jeunesse en Côte d’Ivoire. Il est évident que dans l’un ou l’autre camp on est appelé à reconsidérer les divergences. C’est une invite à la réconciliation même si la visite est teintée de politique. Si Guillaume Soro et Charles Blé Goudé ont pu se parler, pourquoi pas nous ?C’est la question que les supporters des deux camps devront se poser désormais. C’est aussi l’essence de cette visite.

Une visite politique à l’allure d’un signe de réconciliation

Le destin est-il en train d’écrire une nouvelle page dans la relation sinueuse entre Charles Blé Goudé et son ancien camarade de lutte Guillaume Soro ? C’est peut-être tôt de le dire mais la rencontre du 24 novembre 2019 entre les deux anciens leaders de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) marque, à tout point de vue, un tournant important. Elle s’inscrit du reste dans la logique du réalisme politique. Guillaume Soro n’est pas le premier jeune politicien à aller voir Charles Blé Goudé à la Haye.On se souvient encore que Kouadio Konan Bertin (KKB) candidat malheureux à la présidentielle de 2015 a déjà effectué au moins une visite au leader des jeunes patriotes Charles Blé Goudé.La dernière en date est avril 2019.

En conflit désormais ouvert avec son ancien allié Alassane Ouattara, Guillaume Soro qui se verrait bien candidat à l’élection présidentielle de 2020 a besoin de se forger une image de rassembleur. C’est peu dire que pour lui, aller à la rencontre de son ancien adversaire est un sacré coup de com. Après sa démission forcée de la présidence de l’Assemblée nationale, l’ancien secrétaire général des Forces Nouvelles (FN) n’a d’ailleurs pas ménagé ses efforts pour discréditer le régime Ouattara. Dans cet élan, il s’est rapproché avec tous ceux qui prennent des distances avec le président Ouattara. La rencontre avec Blé Goudé, dont on sait qu’il n’admire pas l’actuel président ivoirien, n’est donc pas une grande surprise.

Choc des ambitions

Sur le plan politique, les deux anciens leaders de la FESCI, se ressemblent comme deux gouttes d’eau au vu de leurs parcours respectifs. Dans une certaine mesure, ils incarnent la relève et entendent bien l’assumer. Comme Soro, l’auteur de ‘’De l’enfer, je reviendrai’’ ambitionne de présider un jour aux destinées de la Cote d’Ivoire et pourquoi pas dès 2020 ? Mais pour ça, il faut se défaire du goulot d’étranglement de la CPI dont il dénonce « l’acharnement » à son endroit. Le choc des ambitions entre les deux hommes ne laisse donc pas la place à un probable accord électoral. Même si l’avenir judiciaire de Blé Goudé se compliquait, on voit mal son potentiel électorat des Jeunes Patriotes suivre une quelconque consigne de vote en faveur de Soro, sinon dans le cadre d’un second tour avec le camp Ouattara. Un peu comme le deal à la Bédié et Ouattara qui, comme tout le monde le sait, s’est terminé en queue de poisson.

Quoi qu’il en soit ce début de réconciliation entre les deux hommes doit inspirer partout sur le continent qu’il y a souvent lieu de faire abstraction des égos personnels pour ne penser qu’à l’avenir de la maison commune : la nation. Il appartient donc à la jeunesse et partant à la classe politique de s’en inspirer. L’Afrique dont beaucoup de pays sont dans des situations du genre aurait tout à gagner.

Loura Soumana,Stagiaire

www.libreinfo.net