Home Sécurité Burkina Faso : l’armée ne veut plus de soldats fuyards au front

Burkina Faso : l’armée ne veut plus de soldats fuyards au front

0
terrain de combat
Des soldats burkinabè sur le terrain de combat

Le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, commandant du Commandement des opérations du théâtre national (COTN), le 21 juin 2022, mettait en garde, les soldats burkinabè au front qui abandonnent leurs positions pendant les combats contre les groupes armés terroristes. Cela fait suite à plusieurs constats.

Par Nicolas Bazié

« Il est constaté des faits d’abandon de positionnement opérationnel et matériel, par des agents des forces de défense et de sécurité engagés dans des opérations contre le terrorisme», révèle le lieutenant colonel Yves Didier Bamouni à la télévision nationale.

Le Commandant du commandement des opérations du théâtre national (COTN) trouve que cette situation expose davantage les populations civiles aux exactions des terroristes. C’est pourquoi, il « insiste sur la nécessité des FDS à défendre fermement leurs positions ».

La hiérarchie militaire annonce des poursuites disciplinaires ou pénales contre toute personne qui s’adonnerait à ces pratiques. «L’abandon de position, de matériel, individuel ou collectif de combat, constitue une faute disciplinaire et ou pénale et rend les auteurs passibles de sanctions disciplinaires et/ou pénales», a fait savoir le patron du COTN.

Par cette mise en garde, le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni a-t-il voulu sonner la fin de cette histoire de disparus pendant les combats ? En effet, il n’est pas rare d’entendre ou de lire dans les communiqués de l’armée qu’il y a eu des portés disparus après une attaque. Il y aurait-il parfois des  »fuyards » parmi ces disparus ? Yves Didier Bamouni estime que chaque soldat doit combattre jusqu’à épuiser ses moyens de combat.

« Un soldat ne doit jamais fuir devant l’ennemi»

En décembre 2021, lors d’une visite terrain pour galvaniser les Forces de défense et de sécurité (FDS) dans la région de l’Est, précisément à Diapaga, le ministre de la défense nationale, le général Aimé Barthélémy Simporé avait levé le lièvre sur cette question. Il déclarait en ces termes :« La guerre est un engagement. (…) Un soldat ne doit jamais fuir devant l’ennemi».

Ce jour-là, le ministre avait insisté sur la nécessité pour un soldat de toujours tenir bon, jusqu’à la fin des combats. « Si vous fuyez, l’ennemi va vous poursuivre. Si vous attaquez l’ennemi, c’est lui qui va reculer. Mettez-vous cela dans la tête », a enseigné le général Aimé Barthélémy Simporé.

« La sueur épargne le sang »

Lors de sa visite au détachement militaire de Mangodara, dans la région des Cascades, le 20 mai dernier, le chef de l’État Paul-Henri Damiba avait également invité les soldats à faire preuve de détermination. Au milieu des éléments engagés dans la lutte contre le terrorisme dans cette zone, le chef suprême des armées déclare : « la sueur épargne le sang ».

Et d’expliquer: « C’est à dire que toute personne qui est engagée au compte de l’Etat, dans le combat contre l’extrémisme violent, doit s’attendre à faire couler sa sueur».

Il les a invités à beaucoup réfléchir sur cette phrase. « Je voudrais que chacun réfléchisse sur cette phrase, et l’applique convenablement jusqu’au retour dans une position arrière, jusqu’à ce que la personne retrouve les conditions normales de fonctionnement », a-t-il tenté de fortifier la troupe, qui avait subi une attaque terroriste quelques temps plutôt.

De nombreuses attaques terroristes ont fait couler beaucoup de sang des FDS et de civils. Et dans cette guerre, rien n’est plus important que d’être soudé jusqu’au bout de la guerre. C’est  certainement ce que le Président Damiba a essayé d’étayer. « On a beaucoup de positions qui, malheureusement, ont préféré garder la sueur dans leur corps, et ont payé, par moment, le plus cher de leur vie », a-t-il conclu.

Lire aussi: Lutte contre le terrorisme au Burkina: L’armée entend créer deux zones d’intérêts militaires dans les régions de l’Est et du Sahel

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 × 28 =