spot_img
spot_img

Procès putsch manqué : des éléments incontrôlés brouillent le commandement de Korogo

Publié le : 

Publié le : 

Troisième jour de l’audition du commandant Abdoul Aziz Korogo, les débats se sont portés sur les charges de meurtre sur treize personnes et coups et blessures sur quarante-deux autres, après les échanges les jours précédents  sur les actes d’attentat à la sûreté de l’Etat.

Sur les charges de meurtre sur treize personnes et coups et blessures sur quarante-deux autres, le commandant Abdoul Aziz conteste les faits à lui reprocher. Il se veut clair « Je n’endosserai pas la responsabilité des actes commis par des subordonnés », indique-t-il. Aziz Korogo indexe depuis le début du procès, les soldats qu’il qualifie d’éléments incontrôlés et indisciplinés du RSP comme le sergent-chef Koussoubé Roger dit  » le Touareg », le soldat de première classe, Zongo Amado, le sergent-chef Zerbo Mohamed, et d’autres soldats, qui tenaient des rencontres à l’insu des officiers et utilisaient les moyens roulants du RSP, sans la permission de la hiérarchie.

Sur ce comportement, Abdoul Aziz Korogo a notifié qu’après plusieurs interpellations pour qu’ils réintègrent le matériel roulant du corps sans succès, il en avait parlé à la hiérarchie, qui lui a promis de résoudre le problème. Ces éléments incontrôlés qui n’en faisaient qu’à leurs têtes, rendaient le commandement difficile au sein du corps.

« Lorsque j’ai pris le commandement au RSP le sergent-chef Koussoubé Roger dit ‘’le Touareg’’, le soldat de première classe Zongo Amado, le sergent-chef Zerbo Mohamed, et bien d’autres personnes, organisaient des réunions avec les moyens du corps (voitures et motos) sans la permission des officiers. Je les ai appelés pour comprendre et je leur ai demandé de réintégrer les moyens du corps, et ils ne l’ont pas fait. J’ai saisi le Chef d’état-major particulier de la présidence pour lui expliquer ce comportement », a révélé Abdoul Aziz Korogo.

Mais pour la défense, c’est relativement le chant pour la plupart des officiers quand il s’agit de parler des éléments incontrôlés et indisciplinés du RSP déjà cités. La défense estime que c’est un argument facile. Pour Me Alexandre Sandwidi, avocat de Koussoubé Roger et de Zongo Amado (qui auraient menacé de tirer sur le Commandant Korogo), le commandant Abdoul Aziz Korogo devrait démissionner pour incapacité de commander ces éléments.

Pour cet avocat, aucune raison ne justifie la présence d’éléments incontrôlés et indisciplinés sous son commandement si ce n’est pas son incompétence. Le commandant rétorque « si un militaire, envisage de démissionner dès sa première difficulté rencontrée, alors il gagnerait à retourner à l’école pour la formation militaire », a répondu l’accusé.

Par rapport aux exactions commises qu’on lui attribue, le chef de corps adjoint du RSP est ferme « Il ne m’a jamais traversé l’esprit d’envoyer des éléments pour commettre des exactions », martèle-il. Bien au contraire, le Commandant Korogo dit mettre en garde des éléments du RSP. « Je leur ai dit de rentrer dès le 17 septembre 2015 sinon, ils assumeraient la responsabilité des actes commis sans les ordres du corps », explique-t-il.

Mais pour le parquet, l’accusé devrait faire l’effort d’identifier les auteurs des exactions à partir du moment où il était informé que ses éléments commettaient des exactions en ville.

Comme pour répondre à l’avocat de M. korogo, Me Dieudonné Willy, qui demande de ne pas charger son client à défaut de le féliciter pour ce qu’il a fait pour le rétablissement de la situation, le parquet dira « Ce n’est pas parce que vous avez bien agi à un moment que nous allons occulter votre part de responsabilité ».

L’audience est suspendue ce mercredi 7 novembre 2018, pour reprendre le vendredi 9 novembre 2018 à 9h, au tribunal militaire de Ouagadougou.

 

Siébou Kansié

ksiebou@gmail.com

libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Procès Thomas Sankara : la demande de la restitution des objets du Président Thomas Sankara rejetée par le Tribunal

Ouvert le 11 octobre 2021, la première instance du procès Thomas Sankara a pris fin le 10 mai 2022

Procès Thomas Sankara : la famille Sankara demande 1 f symbolique pour le préjudice moral 

La famille Sankara a toujours refusé de prendre de l'argent au titre de dommage et intérêt. Aujourd'hui, c'est encore le cas.

Procès Thomas Sankara : En Côte d’Ivoire, Burkinabè et Ivoiriens donnent leurs avis après le verdict

Si la nouvelle a réjoui le cœur de plusieurs personnes au Burkina, en Côte d'Ivoire elle a suscité des débats au sein de la population

Procès Thomas Sankara : Gilbert Diendéré arrogant selon les avocats des victimes

Le verdict du procès Thomas Sankara et ses douze compagnons a été donné le 6 avril 2022.

Procès Thomas Sankara : «Le Burkina Faso a montré à la face du monde qu’il n’est pas le pays des hommes intègres pour rien»,...

La tenue du procès Thomas Sankara et de douze de ses compagnons a été le fruit d'une lutte de longue haleine des familles
spot_img

Autres articles

Djibo (Soum): un taux de réussite de 91,77% au CEP 2024

Les résultats du Certificat d'études primaires (CEP) session 2024 de la commune de Djibo, chef-lieu de la province du Soum sont tombés jeudi et...

Suisse: Alassane Ouattara au sommet sur la paix en Ukraine

Le Président ivoirien Alassane Ouattara a quitté Abidjan ce vendredi 14 juin 2024 pour la Suisse où il participera au premier sommet sur la...

Ouagadougou : La réhabilitation des Avenues Yennenga et Moogho en marche

Le ministre d'État chargé de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, accompagné du ministre des Infrastructures, Adama Luc Sorgho, a officiellement lancé les travaux de...

Burkina/Don de sang : Le Capitaine Ibrahim Traoré se saigne pour sauver des vies

Le président du Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré, a donné son sang ce 14 juin 2024, lors d'une opération de collecte de sang, organisée...

Niger : Mohamed Bazoum ne bénéficie plus d’immunité présidentielle !

La Cour d'Etat du Niger a levé ce 14 juin 2024, l'immunité de l’ancien président Mohamed Bazoum, annoncent plusieurs médias.  Par Nicolas Bazié Mohamed Bazoum ne...